Le Domaine

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Le Domaine
Le Domaine

Aujourd'hui dirigé par Catherine Buisson  et Louis Essa, le domaine Buisson-Charles, de taille modeste - 6,3 hectares - exploite depuis plusieurs générations des parcelles situées sur le finage de Meursault qu'il complète, en propriété avec des crus de Volnay et  Pommard, ainsi que par son activité de négoce avec des Corton et Chambertin pour ses vins rouges ainsi que Chassagne-Montrachet, Puligny-Montrachet, Chablis Premier Cru et Grand Cru, Pouilly-Fuissé Premier Cru et Corton-Charlemagne en blancs.

Les Caves du 13ieme siècle

Résolument tourné vers l'avenir il a engagé depuis plusieurs années une politique de rénovation et d'extension de sa cuverie et de ses caves en vue d'affiner encore ses vinifications et élevages pour être au plus près des grands terroirs qu'il a la chance exceptionnelle de produire. Toutes les vinifications des vins blancs se font en fûts dans des caves enterrées non climatisées pour éviter tout effet de lissage lié au contrôle excessif des températures par lés climatisations exogènes. 
  Les sols de nos parcelles sont depuis toujours cultivés sur la base d'un travail de labour des sols réguliers et modérés - trois « façons » par an -  qui exclu toute présence de désherbants. Cette approche résolument naturelle de la vigne se retrouve avec intensité dans les vins blancs (70 %) et rouges qui sont tous vinifiés, élevés et mis en bouteille par le domaine sans aucuns collage et filtration. 
   Très loin de l’image de domaine « classique traditionnel » qui lui colle parfois à la peau, l’exploitation est résolument  tournée vers l’avenir et la recherche - tous les employés du domaine sont diplômés en oenologie et agronomie -  pour obtenir une nécessaire adéquation avec la plante afin de générer  les raisins équilibrés idéalement dont nous avons besoin pour produire de vrais vins de terroir.

 Ainsi le domaine s’interdit  de lutter avec des bougies polluantes contre le gel, ne chaptalise jamais, ne labour que trois fois au maximum, traite modérément ses vignes sans pesticide et selon un calendrier bio-contrôle très strict,  amende de manière très ciblée, voire pas du tout en certains secteurs et cherche à produire selon des rendements de 25% inférieurs à ce que la législations autorise. A ce prix , selon cette culture organique, seulement il est permis de produire des vins en l’absence totale de corrections œnologiques. Fidèles à leurs origines… « ab origine fidelis ».

Le sol de la Goutte d'Or après un labour

Le domaine exploite aujourd'hui près de 4 hectares de Meursault et Meursault premiers crus dans des climats très divers qui permettent de réaliser une cuvée d'assemblage complexe, le Meursault "vieilles-vignes" et d'isoler des crus particuliers comme Tessons en village et Charmes, Cras, Bouches-Chères, Blagny La Pièce Sous Le Bois(en 2020) et Goutte d'Or en premiers crus. Les vignes très âgées - entre 30 et 90 ans - étant naturellement peu productives elles permettent d'obtenir après vinification et élevage des vins très concentrés destinés à la garde mais il nous apparaît nécessaire de proposer des vins qui sont également abordables dans les premières années de leur vie.  Un choix assumé qui ancre la production du domaine sur le long terme tout en permettant d’entrevoir une bonne partie de leurs qualités dès la jeunesse des vins. 

La rentrée des raisins en petites caisses après le tri dans la parcelle

Ces quatre hectares sont complétés par des parcelles de Bourgogne rouge et blanc, de Volnay premier cru Santenots et de Pommard "En Chiveau" ainsi que d'une petite production de Chassagne-Montrachet en premiers crus En Remilly, Les Caillerets et la Romanée jusqu'en 2018 puis d'Embazées a partir du millésime 2020.

A partir de 2011 le domaine a élargi sa gamme en développant son activité négociante en Corton , Chablis Grand Cru Vaudésir et Premier Cru Les Lys, ainsi que sur les très beaux premier cru Le Cailleret, Combettes et Champs Gains à Puligny-Montrachet. Puis avec le temps il investit la colline de Beaune  avec quelques pièces de Theurons, Cents Vignes et Vignes Franches. Cerise sur le gâteau il produit depuis 2017 du Chapelle-Chambertin et du Chambertin.

Passer la cisaille pour être plus fin et précis dans l'écimage et le rognage

En 2015 et au début de 2016 le domaine a acquis de nouveaux locaux et agrandi ses caves pour travailler plus finement ses cuvées durant l'élevage tout en envisageant d'allonger les durées en fûts de quelques mois. Il a également augmenté de plus de un hectare la surface exploitée en propre par le domaine avec des parcelles sises sur Puligny-Montrachet et Meursault.

 

  Si Catherine et Patrick ont repris l'exploitation du domaine depuis le millésime 2001, ils ont aussi la chance de voir leur fils Louis revenir sur l'exploitation après l'obtention de son diplôme d'ingénieur-œnologue. Nul doute qu'il sera amené à prendre la suite de ses parents dans les années à venir. 2019 est le premier millésime qu'il a vinifié entièrement.

  Depuis son travail n’a cessé de s’affiner et il est désormais au commande du domaine. 

Louis Essa teste les portes-caisses un mois avant les vendages 2020

Le Domaine
Partager cet article

commentaires

Les 2020 évalués par JM Nolant - version chinoise

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

 Bourgogne Aligoté Hors-Classe 2020
2020 年是 Hors Classe 的第二个年份。酒庄在位于 Meursault 村子里一块名为“Sous le Chemin”的略地里拥有一个占地 0.26 公顷的地块,这里种植着酒庄最古老的阿里高特 (藤龄超过 70 年)。与酒庄其他 Meursault 干白一样,这款阿里高特同样都是整串压 榨,酒液在法国橡木桶中熟化 13 个月(新桶比例为 20%),随后转入不锈钢罐中静置 5 个月再装瓶。
在杯中,浓郁的煮梨子、柠檬奶酱、果仁油、白色干花、饼干面团的香气扑鼻而来。 酒体中等至饱满,既有着 Meursault 村子干白奶油般的浓郁感,也有着阿里高特品种所 赋予的酸爽以及干浸出物所带来的的结构。这瓶有着甜美果味儿的阿里高特不仅有着 很好的窖藏陈年,实力还完爆同年份其他博恩丘和夜丘的同类!
从 2022 年到 2028 年都是这瓶干白的适饮期,我十分推荐!(BWG 15/20 - 90/100)
Bourgogne Chardonnay Hautes-Coutures 2020
在以往的年份中,Buisson-Charles 的 Bourgogne Hautes Coutures 通常只采用来自 Meursault 村子的霞多丽(尤其是来自 Les Hauts de Coutures 以及 Les Magnys 两个葡萄 园)来酿造;但是 2020 年有了新的变化,除了以上的园子,还新增了来自 Puligny- Montrachet 山坡地势较低葡萄园的果实。
有着稻草黄色的光泽,柑橘花、蜜渍的水果、白梨、杏仁糖、温暖的白垩岩的香气在 杯中迸发。葡萄酒在法国橡木桶中发酵以及熟化 12 个月,随后进入不锈钢罐中静置整 整 6 个月再装瓶。酒体中等至饱满,这是一瓶圆润且充满魅力的勃艮第干白。
你能在酒里充分感受到 2020 年温暖的气候特征。成熟的水果风味,明亮的酸度、 Puligny 以及 Meursault 村子所带来的紧致结构感。尽管有着大区级该有的易饮性,但 是它的窖藏潜力还是不容忽视的。
从 2022 年到 2028 年这六年间都是它的适饮期。(BWG 14.5/20 - 89/100)
Domaine Buisson-Charles
2020 年份报告

Meursault Vieilles Vignes 2020
黑皮书的粉丝们习惯了称呼这款酒为“钢裤杀手”——因为在很多次博恩丘的盲品中, 这款被偷偷加塞进去的干白表现都相当惊艳!
Patrick 和 Louis Essa 父子在 Meursault 村子里 6 个 climat(Vireuils, Meix Chavaux, Marcausses, Vignes Blanches, Les Pellans,以及 Millerands)中挑选了总占地 2 公顷的数 个地块里的霞多丽酿成了这瓶老藤干白。葡萄酒在法国橡木桶中发酵,熟化 17 个月 (新桶比例 20%)。
在杯中,涂抹了奶油的水果、橙子油、新鲜出炉的可颂、榛子果仁等香气馥郁。酒体 中等至饱满、深邃且浓郁,是一瓶教科书式的 Meursault。口感酸爽,有着干浸出物所 带来的紧致结构。作为一瓶圆润,层次感丰富,结构感流畅的干白,它是该年份的 Meursault 村级当中完整度最高、表现最优秀的酒款之一。
尽管此刻享用已经足够愉悦,但要是能有足够耐心多等 4 年,它一定会给你提供更多 的惊喜!从 2026 年到 2036 年都是它的适饮期。(BWG 16/20 - 92/100)
Meursault Les Tessons 2020
酒庄在 Les Tessons 里一片占地不足 0.35 公顷的地块中采收霞多丽酿成了 2020 年份的 同名干白;这片地块位于葡萄园里山坡地势较高的位置,葡萄藤种植于 1964 年至 1974 年间。站在这里,你能把 Meursault 村子的风光尽收眼底。
一如既往地,这瓶霞多丽是酒庄 Meursault 出品中代表着最为凉爽的微气候以及风格最 纤细的一款;风土的印记凌驾于年份的特征之上。葡萄酒在法国橡木桶中发酵随后熟 化 17 个月(新桶比例 20%)。
在杯中呈现稻草黄色的外观,梨子、柠檬油、全麦吐司、生蚝壳的香气在杯中缓缓绽 放。酒体中等至饱满,口感顺滑之余还能感受它如刀削的凌厉线条。活泼的酸度为饱 满的矿物咸鲜味增添了活力,余味悠长且具穿透力,矿物感一直延续到最后。
从 2025 年到 2040 年都是它的适饮期。(BWG 16.5/20 - 93/100)
Meursault 1er Les Cras 2020
尽管 Les Cras 鲜少会被单独拎出来作为单独的一级园,但我可是这个园子的忠实粉丝, 它的风土能同时孕育上好的干红和干白。(事实上,我一直惊讶于这块地竟然没有在 1940 年代末期的分级时被纳入隔壁的 Volnay Santenots 一级园)
Patrick 和 Louis Essa 父子看上了这个园子能够达到的成熟度,因此在这里同时种植了红 白品种。黑皮诺被拿来酿造他家的 Volnay Santenots,而霞多丽则用于酿造这里要介绍 的 Les Cras 一级园(他家的霞多丽地块仅占地 0.2 公顷,葡萄藤种植于 1955 年,因此 可想而知产量也是少得可怜)。

在杯中呈现出稻草黄色的光泽,煮梨子、脱皮的杏仁、成熟的桃子、白花、一丝蜂蜡 的诱人香气扑鼻而来。葡萄酒在法国橡木桶中熟化 16 个月,酒体中等至丰满,层次分 明、风味集中浓郁,是一瓶丰腴且结构感清晰的 Meursault 一级园。
它既有着 2020 年温暖的天气特征,也有着葡萄园日照时间充足的为气候特征。骨架健 硕,肌肉感十足,但活泼充沛的酸度发挥了很好的均衡作用,使得这瓶干白不会过于 强劲。余味悠长,香气馥郁。
如果你在找一瓶干白搭配黄油白酱烹煮的白肉鱼类又或者龙虾汤,不用想了,用 Les Cras 一级园的干白吧,你一定不会失望!
从 2024 年到 2036 年都是它的适饮期。(BWG 16/20 - 92/100)
Meursault 1er Cru Bouches Chères 2020
得益于 Patrick 和 Louis Essa 父子俩,Bouches Chères 一级园被更多人所知——在过去, 这个园子一直寂寂无名,很多刚接触勃艮第的新手对它可以说是不屑一顾。但是, Bouches Chères 一级园确实有着相当优秀的风土条件:它的地理位置近似同村子的名园 Genevrières Dessus 以及 Perrières Dessous,都是位于海拔 250~270 米的山坡中部。因此 我一直把它归于 Meursault 优秀的一级园队列中。
酒庄在这片园子里拥有一个地块,葡萄藤种植于 1960 年代初期,这里的土壤颜色较浅, 富含各种的石头——这里的风土孕育的干白身上完美地结合了钙质土的轻盈质感以及 Buisson-Charles 经典的圆润结构感。(而酒庄的 Les Tessons 则更多地展现了钙质土冷 冽的一面)
你能在酒里找到金银花、白醋栗、柑橘皮、融化的黄油、新鲜出炉面包、岩石粉末的 优雅香气。酒体中等至丰满,如绸缎般光滑,层次分明。风味集中且细腻、酸度充沛、 干浸出物浓度高,为葡萄酒带来紧致的结构感。
这是一瓶有着明显窖藏潜力的干白,从 2026 年到 2046 年都是它的适饮期。(BWG 17.5/20 - 95/100)
Meursault 1er Cru Les Charmes Dessus 2020
直到 2018 年,这款干白一直都只标示“Les Charmes”,因此单从酒名你无法判断葡萄具 体来自 Les Charmes 园子的哪个部分。随着酒庄加上了“Dessus”,位置就一目了然了— —Patrick 一直在葡萄园地势较高且品质最好的位置——占地 0.18 公顷的地块上——采 收霞多丽。
我跟 Patrick 说过,他家的 Les Charmes 有着非常突出的矿物风味,再加上尖锐的酸度 以及丰腴的口感,使得它的风格更像 Perrières。2020 年份同样如此。

你能在酒里找到橙子油、桃子、酥皮奶油、新鲜出炉面包、榛子的香气。酒体中等至 丰满,这款干白体现了 2020 年阳光充沛的天气特征(与此同时,与 2019 年相比,它 的清爽度和优雅度更为突出一丢丢)。层次感丰富、风味集中、口感浓郁,但与此同 时有着充沛的酸度,余味绵延,有着极具穿透力的矿物感。用“戏剧化”来标签这款干 白可以说一点都不为过。
在 Buisson-Charles 2020 年的干白里,它的表现十分出挑,而且该年份的产量不够 1000 瓶,买到就是赚到!从 2026 年到 2046 年都是它的适饮期。(BWG 17.5/20 - 95/100)
Meursault 1er Cru Goutte d'Or 2020
各位,如果想感受高浓度的干浸出物对葡萄酒结构会带来什么影响,那我建议你们试 试Patrick和Louis Essa父子2020年份的Goutte d’Or一级园。他们在这个高品质一级园里 拥有一个0.26公顷的地块,它从上往下贯穿了整个一级园,所以孕育出来的干白可以 说很完整地反映了这个葡萄园的风土特征。葡萄藤种植于1979年,是超过40年的老藤 了。
在杯中呈现淡雅的稻草黄色,散发着春日花朵、水煮的安茹梨子、燕麦、杏仁糖等馥 郁的香气。在品尝这款酒的时候,我注意到它的“矛盾性”——它究竟是如何做到把强 壮有力、健硕饱满与纤细骨架、矿物质的活力感以及轻盈如无物的质感糅合在一体的。 (因此我认为这款一级园一直都是最“轻盈”但又同时最具结构感,陈年潜力最强的一 款干白,到底如何做到的呢?真是百思不得其解......)
想来想去,我觉得答案还是在于平衡、在于“血统”(风土以及精选的克隆株),以及 父子俩对于诠释这个葡萄园风土的极致理解——要知道,很长一段时间以来,评论一 直都是低估了这个一级园的潜力的(有的甚至采取了无视的态度)。
在 Buisson-Charles 2020 年莫索村干白里面,这款 Goutte d’Or 绝对是我最喜欢的,表现 也是最出众的酒款!从 2026 年到 2056 年都是它的适饮期。(BWG 18.5/20 - 97/100)
Puligny-Montrachet 1er Cru Les Champs-Gains 2020
这是 Buisson-Charles 的新品:Puligny-Montrachet 村子里的高海拔葡萄园 Champs-Gains 所产的葡萄压榨后的果汁,Louis Essa 精选品质最好的部分来酿造这款干白。葡萄酒在 法国橡木桶中熟化 17 个月。
在杯中呈现稻草黄色,油桃、白花、橙子油、清澈的蜂蜜、温暖的白垩土的诱人气息 在杯中透出。酒体中等至饱满,它丰富的层次,柔顺的口感、浓郁的风味都昭示着 2020 年温暖的天气特征。余味绵延,有着芳香甜美的风味。
与酒庄的 Goutte d'Or 以及 Bouches-Chères 一级园相比,我觉得这款产自 Puligny 的干白 在年轻阶段有着更好的易饮性;话虽如此,但我还是建议大家有更多的耐心,让它在 瓶中再陈年 2-3 年,让它更好地把自己的潜力发挥出来。

从 2025 年到 2039 年的 14 年里都是它的适饮期。此外温馨提示,该年份酒庄只酿造了 600 瓶。(BWG 16.5/20 - 93/100)
Corton Grand Cru Clos des Chaumes 2020
Buisson-Charles 2020 年的干白里还有一款来自 Corton 的酒款,那就是这里要介绍的 Clos des Chaumes。首发于 2018 年份,这款干白展现了 Clos des Chaumes 黏土的风土特 性(葡萄园刚好位于 Le Charlemagne 的下方),同时也带有 2020 年阳光充沛的印记— —骨架壮硕、丰腴,给我留下深刻的印象。
有着稻草黄色外观,诱人的柠檬蛋奶酱、煮梨子、蜜渍水果、蜜蜡、肉豆蔻以及一丝 酥皮面团的香气在杯中迸发。酒体中等至丰满,层叠递进,结构感明显,成熟的果味 与饱满的酸度包裹着整个口腔。余味绵延,齿颊留香。
在 2020 年的出品中,我觉得这款特级园非常适合配餐。从 2024 年到 2036 年的 12 年 间都是它的适饮期。(BWG 16.5/20 - 93/100)
Corton-Charlemagne Grand Cru 2020
尽管这个扎根于 Meursault 的酒庄在 Corton 山丘没有任何葡萄园,但是,自从 2011 年 以来,Buisson-Charles 都和同一家果农合作,每年采购葡萄来酿造 Corton Charlemagne 特级园干白。
2020 年份的果实来自 Le Charlemagne 葡萄园里占地 0.11 公顷的地块(葡萄园位于 Aloxe-Corton)。葡萄酒在中性的勃艮第橡木桶(1~2 年的旧桶)中熟化 16 个月,没有 澄清和过滤就装瓶。
在杯中呈现稻草黄色,成熟的香梨、杏仁、黄油酥饼、结晶的蜂蜜、白垩岩粉末的香 气在杯中绽放。酒体饱满,口感圆润,有着浑圆的结构感。成熟的黄色水果风味,加 上丰腴且带有层次的口感,酸度活泼,余味悠长,有着矿物咸鲜味。
从 2024 年到 2038 年都是它的适饮期。(BWG 17/20 - 94/100)
Bourgogne Pinot Noir Hautes-Coutures 2020
我逐渐发现,用“年复一年表现超班的大区级干红”来描述这款酒已经属于轻描淡写的 说法了。如果说甜美可口的2018年和2019年已经成为我日常的勃艮第干红心头好(还 有就是来自Claude Maréchal的Cuvée Gravel),2020年表现更是让我眼前一亮!
该年份的黑皮诺采收自两个平均50年藤龄的地块:位于Meursault的Grandes Coutures (采收的地块占0.45公顷),以及位于Puligny-Montrachet的Champans(采收地块占 0.32公顷)。在2020年份,带梗比例为30%;葡萄酒在混凝土罐中发酵,随后在法国橡

木桶中熟化15个月(新桶比例25%)。
这是一瓶酒色深浓,层次感丰富,香气浓郁的勃艮第金丘干红。在杯中,成熟樱桃、 黑色覆盆子、洋李的果香被牡丹,花束、森林地表和辛香料的香气所烘托。酒体中等 至丰满,风味浓郁精准,口感丝滑。酸度活泼,余味悠长,有着优雅的矿物风味。
尽管如今享用已经非常美妙,但这并不妨碍它拥有6~8年的窖藏潜力。
我说过好几次,判断一家酒庄品质的高低,只需看看他们对大区级酒款所付出的精力 以及技巧就行了。相信我,Louis Essa 对此交出了一份非常精彩的答卷,我十分推荐! (BWG 16/20 - 92/100)
Pommard En Mareau 2020
酒庄的采收队伍把这款酒昵称为“Le Pommard de la Dédée”以纪念庄主心目中全世界最 完美的丈母娘Andrée Buisson,。酒庄在En Mareau里占地0.25公顷的地块中采收黑皮诺 (葡萄藤种植于1985年)。这个园子位于Dheune小河的右岸,这里以“La Petite Combe” 的名字更为人熟知。
有着深浓的石榴红-宝石红色泽,醋栗果、黑莓、一丝生可可、香料、血橙皮的香气被 森林地表的气息所烘托着。酒体中等至饱满,浓郁且丰腴,果味浓郁且酸爽,单宁质 地如粉末般细腻。余味绵延,带有泥土的风味。
从 2025 年到 2040 年都是它的适饮期。(BWG 16/20 - 92/100)
Volnay 1er Cru Santenots 2020
这款酒可以说把我脑海中关于博恩丘优秀品质和顶级风土的概念给具象化了:完美的 酚类物质成熟度、甜美的水果风味、均衡度、层次感、深度、以及恰到好处的橡木桶 熟化赋予了葡萄酒拥有不少于 30 年窖藏潜力......
酿造 2020 年份的果实大约分为两部分,一部分直接采收酒庄自有的占地 0.24 公顷的地 块(位于 Les Petures 略地的上半部),以及收购来自 Santenots du Dessus 两个小地块 的黑皮诺。
有着深浓的酒色,醋栗果、洋李、生可可、暖香料、麝香、沃土的曼妙香气在杯中扑 鼻而来。酒体丰满,丝滑且浓郁,展现了 Les Santenots 饱满且适宜配餐的一面。甜美 的果味十分浓郁,细腻的单宁搭建了一个厚实紧致的框架,酸度活泼,余味绵延,齿 颊留香。
从 2026 年到 2056 年都是这瓶好酒的适饮期。(BWG 17.5/20 - 95/100)

Corton Grand Cru 2020
当知道Patrick Essa决定在2020年把以往单独酿酒的三个Corton特级园“合体”的时候我感 到一丝惊讶。成品也的确出色,表现会比将三个特级园单独酿酒更为优秀。Patrick也 “雨露均沾”,采用了均等份的Clos du Roi,Bressandes以及Perrières的果实酿酒。既有着 Les Perrières钙质土所带来的的矿物感,也有着Clos du Roi的雄壮特色——带咀嚼感但细 腻的单宁所搭建的紧实框架。
在杯中呈现深浓的宝石红-石榴红色外观,野生浆果、松柏林的地表、辛香料、碎石、 玫瑰、花束的羞涩香气在杯中慢慢绽放。酒体中等至饱满,是一瓶风味浓郁,活力充 沛的Corton特级园。
有着明晰的线条感和结构感,窖藏潜力出色,从 2026 年到 2042 年都是它的适饮期, 建议搭配大块的牛排或者其他的肉类菜式享用。(BWG 17/20 - 94/100)
Morey-Saint-Denis 1er Cru Les Louves 2020
这款酒是 Buisson-Charles 产品线中的全新一员!果实采收自 MSD 两个一级园(分别是 Les Milandes 以及 La Riotte)。
红色浆果、樱桃、烤香料、橙子皮、牡丹的香气从杯中扑鼻而来。酒体中等至饱满, 口感丝滑,风味浓郁集中,是一瓶层次感丰富,结合得天衣无缝的 Morey 一级园。单 宁如粉末般细腻,酸度明亮,余味绵延,有着咸鲜味。
从 2025 年到 2045 年都是它的适饮期。(BWG 16.5/20 - 93/100)
Chapelle-Chambertin Grand Cru 2020
2020 年的 Chapelle-Chambertin 采用了两个园子的黑皮诺:En La Chapelle 以及 Les Gemeaux(这个组合相当罕见,因为两个园子各自只有三个地主)。
在 Buisson-Charles 的出品中,这款特级园无疑是年轻阶段中最为内敛和不张扬的酒款。 (公平点来说,所有顶级的 Chapelle-Chambertin 都鲜少易饮,起码都要等 4~6 年才会 展现自己的真功夫)。
话虽如此,只要你有足够耐心,随着葡萄酒在杯中打开,你能感受到它的纯正,多元 化的层次感以及复杂度。玫瑰、牡丹、野生浆果、沃土、松露、香料、血橙皮的香气 慢慢在杯中透出。
葡萄酒在法国橡木桶中熟化 18 个月(新桶比例 20%),酒体饱满,风味浓郁,活力充 沛,如粉末般细腻的单宁搭建了一个柔顺的框架,包裹着成熟饱满的酸度。
从 2028 年到 2058 年的 30 年间都是它的适饮期。(BWG 17.5/20 - 95/100)

Chambertin Grand Cru 2020
尽管才推出了第一个年份,但是我坚信,Chambertin 特级园很快就会成为 Buisson- Charles 的顶级酒款。
酒庄在香贝丹特级园里纵向精挑细选了数个生物动力法农耕的地块(它们贯穿了整个 特级园,从下面的“特级园之路到上部的森林,地块里葡萄藤年份平均达到 55 年,最 老的种植于 1919 年,采用高密度种植 Pinot Fin),用这里孕育的酒液来酿酒——Patrick 和 Louis Essa 父子从天赋异禀但又谦卑酒农手里收到葡萄酒以后,严选不同的橡木桶来 进行熟化。通过父子俩的“点石成金”,这些葡萄酒完成了华丽的变身。
与“沉默寡言”的 Chapelle-Chambertin 相比,Chambertin 特级园的个性就比较张扬了。 在杯中,你能闻到精准且多变的甜美覆盆子、野生玫瑰果、生可可、暖香料、血橙冰 糕、森林地表以及一丝海苔的香气。酒体中等至丰满,口感浓郁集中,张力十足,有 着柔顺的质感。丰腴的果味、明亮的酸度为葡萄酒提供了坚挺的骨架,单宁如丝般顺 滑。余味绵延,有着馥郁的香气以及咸鲜风味。
从 2028 年到接下来的 30~40 年都是这款美酒的适饮期。(BWG 19/20 - 98/100)
 

Partager cet article

commentaires

Le millésime 2020 passé en revue…

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Le millésime 2020 passé en revue…


Domaine Buisson-Charles
Vintage 2020 Review (by JM Nolant)

Bourgigne Aligoté Hors Classe 2020: Second vintage for this cuvée gathering fruit from 0.26 hectare of the estate's oldest Aligoté vines (over 70 years old) rooted in Meursault's lieu-dit "Sous Le Chemin", the 2020 Bourgogne Aligoté Hors-Classe by Domaine Buisson-Charles leaps from the glass with a rich bouquet of poached pears, lemon custard, nut oil, dried white flowers and cookie dough. Vinified in the same fashion as the village wines crafted at this address, it was pressed with whole clusters and matured for 13 months in French oak barrels (20% new) followed by 5 months of remise en masse in stainless steel vats prior bottling. Medium to full-bodied, it expands on the palate with a Meursault-like creamy concentration and with a satiny mouthfeel nicely enlivened by the varietal's keen line of acidity and structuring dry extract. Super-succulent, age-worthy and outperforming the largest part of Aligoté wines tasted along both Côtes (de Beaune and de Nuits) on this particular vintage, this comes in as highly recommended! Drink it now and over the upcoming 6 years or so. (BWG 15/20 - 90/100)


Bourgogne Chardonnay Hautes-Coutures 2020
While the previous vintages of the Bourgogne Hautes Coutures used to solely gather fruit from the commune of Meursault (in particular from the climats of Les Hauts de Coutures and Les Magnys), its 2020 rendition also bears fruit from the lower slope of Puligny-Montrachet. It reveals a straw color and leaps from the glass with notes of citrus blossoms, honeyed orchard fruit, white pears, praline and warm chalk. Vinified and matured for a year in French oak barrels (10% new), followed by an astute remise en masse in stainless steel vats for nearly 6 months, this is a medium to full-bodied, ample and seductive Bourgogne Blanc. You'll find here the sun-kissed profile of the vintage, with a ripe core of fruit, a bright line of acids and that chalky structure inherent to the neighboring communes of Puligny and Meursault, with yet the early approachability expected from a regional offering that nevertheless possesses the potential for healthy development in the bottle over the next 6 years or so. (BWG 14.5/20 - 89/100)


Meursault Vieilles Vignes 2020
Often referred to as "the grand cru killer" by our followers finding amusing to sneak it among top Côte de Beaune blind-tasting lineups, Patrick and Louis Essa's Meursault Vieilles Vignes gathers fruit harvested from a series of six climats covering about 2 hectares of vines across the commune of Meursault. (Vireuils, Meix Chavaux, Marcausses, Vignes Blanches, Les Pellans and Millerands). This is what you may call a textbook Meursault, leaping from the glass with an expansive bouquet of buttered orchard fruits, orange oil, hints of freshly baked

croissants and hazelnuts. Fermented and matured for 17 months in French oak barrels (20% new), this is a medium to full-bodied, deep and concentrated Meursault, expanding on the palate with tangy acids and with chalky structuring extract. Satiny, layered and seamless, it stands out as one of the most complete and over-performing communal offerings of the vintage. Although drinking beautifully today, this is a wine that will greatly benefit from 4 additional years of bottle maturation and shall provide for spectacular drinking well over the following decade. (BWG 16/20 - 92/100)


Meursault Les Tessons 2020
The 2020 Meursault Les Tessons by Domaine Buisson-Charles gathers fruit from less than 0.35 hectares of vines rooted between 1964 and 1974 in this upper-slope climat providing for a spectacular and panoramic vista of the commune. As always, this was the cuvée featuring the coolest, most tensile and muscular profile among the various Meursault wines tasted at this address. It reveals a straw color and unfurls in the glass with notes of pears, lemon oil, wheat toasts and oyster shells. Fermented and matured for 17 months in French oak barrels (20% new), this is a medium to full-bodied, satiny and chiseled offering expanding on the palate with a stony and saline mouthfeel, greatly enlivened by a line of tangy acids and punctuated by a long, chalky and savory finish. As it is often the case in this particular cuvée, the climat predominates the nature of the (solar) vintage. Drink it from 2025 and over the following 15 years or so. (BWG 16.5/20 - 93/100)


Meursault 1er Les Cras 2020
Although not a climat often bottled or claimed on its own, I am a big fan of the 1er Cru Les Cras for its ability to yield terrific wines in both white and red colors (I am actually very surprised that it was not included into the neighboring Volnay Santenots during the late 1940s classification of the local crus...). Patrick and Louis Essa grow both Pinot and Chardonnay in this site reputed for its anticipated fruit maturity. The red grapes go into their Volnay Santenots while the small 0.20 hectare plot of Chardonnay planted back in 1955 yields about about 900 bottles of this mini-cuvée. It reveals a straw color and leaps from the glass with a seductive bouquet of poached pears, blanched almonds, ripe peaches, white flowers and hints of beeswax. Matured for 16 months in French oak barrels, this is a medium to full-bodied, layered, concentrated, rich and textural Meursault 1er Cru embodying both the warm profile of the vintage as well as the solar nature of the site. Broad-shouldered and fairly muscular, it nevertheless relies on a line of lively acids to off-set its otherwise overwhelming power and concludes with a long, fragrant and sapid finish. Readers looking for a textbook pairing with flaky white fish and beurre blanc sauce or with lobster bisque shall find here everything they hope for. Drink it from 2024 and over the following twelve years or so. (BWG 16/20 - 92/100)


Meursault 1er Cru Bouches Chères 2020
The 2020 Meursault Bouches Chères by Patrick and Louis Essa is plain superb and places this climat too often unknown or underestimated by the neophyte consumers (despite a perfect position on the slope, very similar to the famed Genevrières Dessus and Perrières Dessous at an altitude comprised between 270 and 250m) exactly where it belongs, hence among the elite 1ers crus of the commune. It gathers fruit harvested from a steep and single vineyard plot rooted back in the early 1960's on the light colored and highly stony soils of this climat. This is year in and year out the wine providing for the most remarkable combination between calcareous levity and textural suppleness at this address (while Les Tessons provides for a cooler calcareous austerity). You'll find here a classy bouquet of honeysuckle, white currant, citrus zests, drawn butter, freshly baked bread and powdered chalk. Medium to full-bodied, satiny and layered, it expands on the palate with fine concentration, racy acids and generous amounts of chalky structuring extract. Obviously built for the long run, you may drink it from 2026 and over the following two decades or so. (BWG 17.5/20 - 95/100)


Meursault 1er Cru Les Charmes Dessus 2020
Labeled until the vintage 2018 under "Les Charmes" and without specific designation of its actual location in the upper and most qualitative part of the climat, the 2020 rendition of Buisson-Charles' Meursault 1er Cru Les Charmes Dessus gathers fruit harvested from a single 0.18 hectare plot. I often mention to Patrick Essa that his Meursault Charmes performs more in the way of a Perrières than as an actual Charmes due to its prominent stoniness amid a racy and voluminous mouthfeel, and 2020 is no exception. You'll find here notes of orange oil, peach, pastry cream, freshly baked bread and hazelnuts. Medium to full-bodied, the palate embodies the solar nature of the vintage (with a tad more freshness and elegance than its 2019 sibling) with a layered, concentrated, rich and dramatic mouthfeel, nicely counter- balanced by a lively line of acids and concluding with a long, penetrating and calcareous finish. This is another brilliant wine in the Buisson-Charles' 2020 lineup and although less than a thousand bottles of this cuvée were produced, it is well worth seeking! Drink it from 2026 and over the following two decades or so. (BWG 17.5/20 - 95/100)


Meursault 1er Cru Goutte d'Or 2020
Readers looking to identify the impact of generous dry extract on wine texture should definitely experience Patrick and Louis Essa's superb 2020 Meursault 1er Cru Goutte d'Or. It gathers fruit harvested from a single 0.26 hectare vineyard plot rooted back in 1979 in the center part of this small yet highly qualitative climat. (The particularity of the Essa's holding being that it crosses the entirety of the Goutte d'Or climat, from top to bottom and therefore provides for a panoramic identity of it). Pale straw colored, it unfurls from the glass with a nuanced bouquet of spring flowers, poached Anjou pears, orchard fruits, oatmeal and praline. This is what you may call a liquid conundrum as it bends the taster's mind to find words or rational explanation on how such a broad, ample and powerful wine can also bear such textural finesse, saline energy and sense of weightlessness. (This is year in and year out the wine that I find to be the "lightest" yet oppositely the most structural and age-worthy bottle among this address's entire range...). I came to the conclusion that it is all about equilibrium, immense pedigree (terroir and selected clones) and a good dose of skillful ability by the father & son duo to extract the best of this magical climat, far too often under-estimated or simply under-represented. Absolutely remarkable and my favorite Meursault 1er Cru in the Buisson- Charles' 2020 extensive lineup! Drink it from 2026 and over the following three decades or so. (BWG 18.5/20 - 97/100)


Puligny-Montrachet 1er Cru Les Champs-Gains 2020

This is the first vintage of this cuvée issued from selected musts pressed from fruit harvested in the central part of Puligny's high altitude Champs-Gains climat. Matured for 17 months in French oak barrels in Meursault and under Louis Essa's supervision, it reveals a straw color and leaps from the glass with inviting notes of nectarines, white flowers, orange oil, clear honey and warm chalk. Medium to full-bodied, it embodies the solar nature of the vintage with a layered, satiny and concentrated mouthfeel and concludes with a succulent, fragrant and persistent finish. I found it to be a tad more approachable at such a youthful stage than its Goutte d'Or or Bouches-Chères Meursault 1ers Crus siblings, yet I would still recommend to allow it 2 to 3 more years of bottle maturation in order to reveal the full extent of its complexity. Drink it from 2025 and over the following 14 years or so. About 600 bottles of this wine were produced in 2020. (BWG 16.5/20 - 93/100)


Corton Grand Cru Clos des Chaumes 2020
The other white Grand Cru blanc from the hill of Corton available in Buisson-Charles's 2020 portfolio is the Corton Clos des Chaumes. First launched with the 2018 vintage, this is a broad, rich and dramatic cuvée bearing the solar and clayey nature of this site located right beneath the lower part of Le Charlemagne. It reveals a straw color and bursts from the glass with a seductive bouquet of lemon custard,
poached pears, honeyed orchard fruit, beeswax, nutmeg and hints of fresh pastry dough. Medium to full-bodied, layered and textural, it expands on the palate with an enveloping core of ripe fruit, succulent acids and concludes with a long and mouth-coating finish. This cuvée felt like the most "gourmand" offering within all the premiers and grands crus wines tasted at this revered address. Drink it from 2024 and over the following 12 years or so. (BWG 16.5/20 - 93/100)


Corton-Charlemagne Grand Cru 2020
Although located in the commune of Meursault and not possessing vineyard holdings on the hill of Corton, the Domaine Buisson-Charles nevertheless produces a cuvée of Corton- Charlemagne via fruit purchasing from the same supplier since the vintage 2011. Patrick and Louis Essa's 2020 rendition of this wine gathers fruit harvested from 0.11 hectare of land located in the climat of "Le Charlemagne" (commune of Aloxe-Corton. It reveals a straw color and aromas of ripe Asian (Nashy) pears, almonds, shortbread biscuits, crystalized honey and powdered chalk. Matured in neutral Burgundian barrels (one and two years old) for 16 months prior bottling without any fining nor filtration, this is a full-bodied, satiny and richly textured Corton-Charlemagne. It expands on the palate with a fleshy and layered mouthfeel combining a ripe core of yellow fruit, lively acids and concludes with a long, savory and chalky finish. Drink it from 2024 and through 2038. (BWG 17/20 - 94/100)


Bourgogne Pinot Noir Hautes-Coutures 2020
Saying that this regional cuvée consistently punches above its actual league would be a huge understatement. Not only the 2018 and 2019 were succulently delicious and became some of my all-time favorite everyday Bourgogne options (side by side with the Cuvée Gravel from Claude Maréchal), this 2020 is even better! It gathers fruit harvested from two vineyard plots averaging 50 yers of age in the climat of Grandes Coutures (0.45 hectares in Meursault) and Champans (0.32 hectares in Puligny-Montrachet) and fermented in concrete vats with this year 30% whole clusters prior undergoing due maturation for 15 months in French oak barrels (25% new). This is a deeply colored, layered and intense Bourgogne Côte d'Or bursting from the glass with aromas of ripe cherries, dark raspberries and plums over a background of pressed violets, floral potpourri, forest floor and spices. Medium to full-bodied, intense, velvety and precise, it expands on the palate with lively acids and concludes with a long and elegantly chalky finish. Although drinking beautifully today, it also hosts 6 to 8 years of healthy cellaring potential. I often mention that the quality of a winery can be judged based on the attention placed on the craft of its regional offering, and trust me, Louis Essa says it all with this spectacular Bourgogne Pinot Noir! Highly recommended! (BWG 16/20 - 92/100)

Pommard En Mareau 2020
Referred to as "Le Pommard de la Dédée" by the harvesting team of the Domaine and with heartfelt memories of Catherine Essa's Mother, the 2020 Pommard En Mareau gathers fruit harvested from 0.25 hectare of vines rooted back in 1985 in this climat located on the right bank of the small Dheune river and in a site commonly known as "La Petite Combe". It exhibits a deep garnet-ruby color and aromas of cassis, blackberries, hints of raw cocoa, spices and blood orange peels over a background of forest floor. Medium to full-bodied, deep and fleshy, it expands on the palate with a tangy core of nicely concentrated fruit, within a chassis of powdery tannins and concludes with a long, flavorful and earthy finish. Drink it from 2025 and over the following 15 years or so. (BWG 16/20 - 92/100)


Volnay 1er Cru Santenots 2020
This wine precisely depicts what I have in mind when I think about top quality and terroir driven wines from the Côte de Beaune. You get here perfect phenolic ripeness, fruit succulence, equilibrium, layering, depth and the necessary elevage that will allow it to slowly develop well-over three decades... Louis Essa's 2020 Volnay 1er Cru Santenots gathers fruit harvested from a single 0,24 hectare plot rooted back in 1954 on the upper part of the lieu- dit Les Petures as well as fruit purchased from two small plots located in the Santenots du Dessus. Deeply colored, it bursts from the glass with a suave bouquet of cassis, plums, raw cocoa, warm spices, musk and loamy soil. Full-bodied, velvety and concentrated, this is a rich and gourmand rendition of Les Santenots, with an ample and succulent core of fruit, a thick, tight and gorgeously polished frame of tannins, lively acids and a long, super-resonant finish. Drink this spectacular effort by Louis and Patrick Essa from 2026 and through 2056. (BWG 17.5/20 - 95/100)


Corton Grand Cru 2020
I was surprised to hear that Patrick Essa had decided to combine his three climat designated cuvées of Corton Grand Cru into one sole offering this year, yet the result happens to be more than up to par with the quality usually experienced in the separate entities. This 2020 Corton Grand Cru is therefore a near equal blend of Clos du Roi, Bressandes and Perrières. It reveals a deep ruby-garnet color and appears inspired from the calcareous feel of Les Perrières and by the structural and tight chassis of chewy yet refined tannins often found in the more masculine wines from the Clos du Roi. Dynamic, quite stony, backward and slowly unfurling from the glass with notes of wild berries, coniferous forest floor, spices, crushed rocks, pressed roses and floral potpourri, this is a medium to full-bodied, concentrated and vibrant Corton. Well-defined, structural and obviously built for the long run, it shall provide for delicious pairings with mighty steaks and gamey fares from 2026 and through 2042. (BWG 17/20 - 94/100)


Morey-Saint-Denis 1er Cru Les Louves 2020
New cuvée in the Buisson-Charles portfolio, the 2020 Morey-Saint-Denis 1er Cru Les Louves (named after the female inhabitants of the commune) gathers fruit harvested from two 1ers Crus (Les Millandes and La Riotte). It
leaps from the glass with aromas of red berries, cherries, baking spices, orange rind and pressed peonies. Medium to full-bodied, velvety and concentrated, this is a layered and seamless Morey 1er Cru wine, with powdery tannins, bright acids, concluding with a long and savory finish. Drink it from 2025 and over the following two decades or so. (BWG 16.5/20 - 93/100)


Chapelle-Chambertin Grand Cru 2020
Patrick and Louis Essa's 2020 Chapelle-Chambertin Grand Cru gathers fruit harvested from vineyard plots located in both climats of En La Chapelle and Les Gemeaux. (A very rare combination since only three vineyard owners actually possess holdings in both sites). This was without any doubt the most introverted and backward wine tasted in Meursault during the early stage of its maturation under Louis Essa's supervision. (In all fairness, top Chapelle- Chambertin wines very rarely show exuberant approachability from the get-go and usually require 4 to 6 years of bottle maturation in order to do so). With time in the glass, you can nevertheless assess here the pedigree and sense of complexity of this layered and multi- dimensional wine. Notes of pressed roses, peonies, wild berries, loamy soil, truffle, spices and blood orange rinds slowly emerge. Matured for 18 months in French oak barrels (20% new), this is a full-bodied, concentrated and super-lively wine built within a thick chassis of powdery tannins and around a line of ripe yet succulent acids. Built for decades of cellaring, you may drink it from 2028 and over the following thirty years or so. (BWG 17.5/20 - 95/100)

Chambertin Grand Cru 2020
First vintage ever for what may soon become here an iconic cuvée, the 2020 Chambertin Grand Cru by Domaine Buisson-Charles gathers fruit harvested from several biodynamically farmed vineyard plots averaging 55 years of age (the oldest being planted back in 1919 according to high density and with Pinot Fin), with the particularity of covering the entirety of the slope (hence from the lower "route des grands crus" to the upper forest). I had the opportunity to taste and drink this wine no less than three times over the past year and it simply blew me away every single time I did so with its sense of power and sheer class. The super-talented and very humble vintner who supplied the wine for this cuvée to be matured under the Essa father & son duo's supervision went as far as to qualify Patrick and Louis Essa's meticulous barrel selection and ways to mature their wine as "changing led into gold"... therefore suggesting here that Patrick may have reached greater levels of plenitude and complexity in his Chambertin than in his own... Far more talkative than its youthfully mute Chapelle-Chambertin sibling, the Chambertin reveals a very precise and layered bouquet of sweet raspberries, rose hips, raw cocoa, warm spices, blood orange sherbet, forest floor and hints of savory nori sheet. Medium to full-bodied, rich and concentrated, this is a lively, tensile and satiny wine expanding on the palate with a fleshy core of fruit, a bright spine of acidity and a chassis of silky-smooth tannins, concluding with a long, saline and fragrant finish. Drink this absolute beauty from 2028 and over the following three to four decades. (BWG 19/20 - 98/100)
 

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article

commentaires

Scores de Juin pour les vins du millésime 2020

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Scores de Juin pour les vins du millésime 2020
Scores de Juin pour les vins du millésime 2020 Scores de Juin pour les vins du millésime 2020
Scores de Juin pour les vins du millésime 2020 Scores de Juin pour les vins du millésime 2020

Bourgogne Aujourd’hui et Burghound.com…français et anglais, deux visions, pour une même sanction d’excellence.

merci à eux 

Scores de Juin pour les vins du millésime 2020
Scores de Juin pour les vins du millésime 2020
Partager cet article

commentaires

Nos premiers crus? À nuls autres seconds!

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

   Meursault n’a pas de grands crus.
 

   La belle affaire!

   Chacun sait qu’il s’agit d’un problème de classement essentiellement déterminé par les vignerons des lieux à l’époque. Préférer garder Meursault sur l’étiquette par soucis de cohésion…une sorte d’esprit fédérateur faisant la part belle à une pensée aussi altruiste que bienvenue.

   Ainsi il ne nous est jamais venu à l’idée que nos crus puissent se positionner à un rang inférieur à ceux des communes avoisinantes…oh que non!
   Le 4 majeurs du domaine ne cède donc en rien à ces hiérarchies admises essentiellement par commodité et qui aujourd’hui semblent faire naïvement autorité. Une forme d’imposture que nous nous plaisons ici à corriger.
   Car les crus du domaine, tout comme le Mouton bordelais ne courbent pas l’échine devant une hiérarchie qu’il conteste car elle est historiquement infondée …car parfois il faut simplement oser s’affirmer. 

Bousculons les certitudes et demandons de les reconsidérer par simple justice.

Nos premiers crus? À nuls autres seconds!

Publié dans Reflexions, Textes

Partager cet article

commentaires

Plus de 10 millésimes au plus haut niveau chez Burghound

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Plus de 10 millésimes au plus haut niveau chez Burghound
Plus de 10 millésimes au plus haut niveau chez BurghoundPlus de 10 millésimes au plus haut niveau chez Burghound

  Dans le petit monde des vins blancs de Bourgogne, le domaine Buisson-Charles a commencé à émerger au niveau international  il y a une vingtaine d’années. Auparavant centré sur la vente à des particuliers fidèles, il a pu diversifier ses débouchés en faisant connaître sa production, essentiellement grâce aux observateurs français (RVF, BD, Bourgogne Aujourd’hui) et anglo-saxons (Parker, Sarah Marsh, Bill Nanson, Burghound) qui ont su nous mettre en évidence en analysant chaque année avec rigueur et probité les millésimes que nous avons produits.  Tant il est vrai que sans couverture médiatique, il est impossible pour un producteur de se faire connaître - et reconnaître! - par le plus grand nombre. 
  Dans ce rôle, celui qui a plus particulièrement  soutenu les vins du domaine à l’étranger est sans aucun doute Allen Meadows. Depuis plus de 15 ans il positionne régulièrement nos vins dans les meilleurs de chaque appellation et semble même en faire depuis cinq ans certains des  représentants les plus parfaits de ses carnets et analyses.

    Évidemment nous ne sommes pas seul, évidemment d’autres producteurs aux styles parfois diamétralement opposés à notre recherche de classicisme faites de finesse d’abord et de concentration ensuite, sont également mis en lumière. Mais dans notre quête de produire avec toujours plus de rigueur des vins atemporels et liés au terroir et à la nature qui les marque, il nous est loisible d’imaginer avec confiance que nos choix sont couronnés de succès.

 Il existe donc encore au pays des blancs, des vins aux prix mesurés et parfaitement à même de rivaliser en qualité, en complexité et en longévité avec des crus qui la plupart du temps valent de deux à quinze fois les prix que nous pratiquons...tant il est vrai que pour nous pouvoir les boire est encore la meilleure manière de vous servir et de leur rendre hommage. 
   Vieilles Vignes, Tessons, Charmes, Bouches-Cheres et Goutte d’Or ont donc depuis le millésime 2004, à chaque fois été positionnés dans les vins de l’année. Cette permanence que je vous invite à observer sur les images ci dessus dans le millésime 2019  est pour nous assurément le signe d’une régularité de notre production. Elle valide nos pratiques culturales organiques et la rentrée de vendanges mesurées,  triées en tout petits contenants mais aussi le choix de ne jamais intervenir sur nos raisins et moûts pour les corriger en prenant tous les risques pour récolter à la meilleure maturité possible. 
    Merci à tous ceux qui ont compris pourquoi désormais nous fonctionnons uniquement sous forme d’allocations fixes en maintenant des prix accessibles. Les 2019 n’ont ainsi pas augmentés et savoir que l’on peut encore les acheter en croisant le producteur verre en main dans la cave est une idée majeure qui signale notre envie indéfectible de rester proches de vous.  
 

Patrick Essa - Domaine Buisson-Charles 

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article

commentaires

Article publié depuis Overblog

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Partager cet article

commentaires

Les rouges du millésime 2019 évalués par Allen Meadows de Burghound.com

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Red dingue

En plus de sa gamme étendue de vins blancs,
Le domaine produit aussi des rouges et fait en sorte de particulièrement les soigner.

 « Quand ta clientèle vient à Meursault pour tes vins blancs, si tes rouges ne tiennent pas la route...tu ne les  vends pas!...ou mal. » 
  cqfd! 

  De toute manière nous adorons les vinifier et les élever et ces dernières années nous avons eu la chance de nous diversifier en fidélisant des achats de grands crus issus de raisins cultivés biologiquement. Cette  sélection et ce soin dans les vinifications nous permettent depuis plusieurs années de truster des « bons » scores chez Allen Meadows de Burghound. 

   Ce ne sont pas encore ceux de la première ligue...mais on est pas loin d’être dans le « final six » en Côte de Beaune...-))

Les rouges du millésime 2019 évalués par Allen Meadows de Burghound.com

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article

commentaires

De la maturité...dans le magazine Bourgogne Aujourd’hui de Mai 2021

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

De la maturité...dans le magazine Bourgogne Aujourd’hui de Mai 2021
De la maturité...dans le magazine Bourgogne Aujourd’hui de Mai 2021

Partager cet article

commentaires

Gel...le bilan

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

   Ne pas travailler les sols trop tôt. tailler en deux fois et surtout définitivement du 15 Mars au 15/04 est ce que nous avons mis en place lors de cette campagne 2020/2021.

  Ce choix dicté par une lutte prophylactique contre les gelées précoces de ces dernières années a été payant car nos vignes de plaines et nos rouges n’ont quasiment pas été impactés en dehors d’une jeune vigne précoce de Bourgogne Blanc - les Magnys - et de 4 ouvrées de Meursault village très précoces, les dessus de Marcausses. 

  En revanche nos coteaux ont bel et bien été atteints car taillés définitivement en premier entre le 15 et le 30/03 ils avaient eu le temps de profiter pleinement de la dizaine de jours de fortes chaleurs printanières qui a marqué cette période. Le froid venu d’Islande a donc grillé les pointes vertes sorties un rien trop vite  en épargnant heureusement ce qui était au début du stade « dans le coton ». En revanche ce qui était « coton+ » a aussi souffert. Avant ébourgeonnage nous savons que sur nos 2,1 ha de coteau, 1,4 de ceux ci donneront  de demies récoltes, voire moins.
Et ce sont nos meilleurs crus blancs. 

    Alors, il est certain que le choix de les avoir labourées  à la fin de Mars sera un des axes de réflexion que nous devrons avoir, mais il est probable que cela n’était pas absolument nécessaire, nous avons encore trop des réflexes de nettoyage  parfois. Je n’aime pas d’ailleurs ce terme, avoir  « des vignes propres ». Je les aime couvertes par une joli duvet végétal et lorsqu’il est à retirer, il me semble nécessaire de le faire quand cela est vraiment indispensable  à la bonne vigueur de la plante. 

  Observez sur ces deux photos, notre  vigne de Meursault Pellans située dans un coin gélif et assez tardif en dépit de sa situation sous les Charmes du bas. Sa couverture florale virant à des tons « bouton d’Or » augure je l’espère d’une juste récolte. Pour cela il faudra que les boarmies laissent tranquille nos bourgeons et que ceux-ci poussent avec la chaleur qui, nous l’espérons, reviendra vite!

Gel...le bilanGel...le bilan
Partager cet article

commentaires

Les Chablis de notre production sont de sortie...

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Comme une évidence.

    Chablis est une région unique. Seul secteur de Bourgogne où le chardonnay s’efface totalement au profit du caractère des sols qui portent les raisins à partir desquels il est produit, il m’a toujours séduit par l’infinie subtilité provenant de ses arômes dûs a sa situation d’extrême limite Nord de possibilité de plantation du chardonnay. 

   Un vin de subsistance, de cailloux et de gel, capable d’allonger la période végétative de son cépage protée,  plus que partout ailleurs. Un vin aux rendements aléatoires, qui nait par un combat incessant avec la nature et le climat,qui, irrégulier est capable de décevoir au moins aussi sûrement qu’il peut être le plus étincelant de tous. 

   Le domaine aime particulièrement les vins disposant de formidables énergies internes, concentrés par une compression aromatique de raisins extrêmes et totalement soumis aux lois du terroir. Chablis est de ce fait devenu une évidence depuis dix années que nous avons la chance de le vinifier, de le choyer, de l’aimer et surtout de vous l’offrir un peu comme on présente un cadeau à un ami que l’on aime bien...

  Régalez vous!

Les Chablis de notre production  sont de sortie...
Partager cet article

commentaires

Nouveautés produite dans le millésime 2019

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Les nouvelles pépites du millésime...

  Quelques pierres vineuses, sinon  précieuses, arrivent en pleine période de gel. Elles nous réchauffent le cœur en nous permettant de plonger nos esprits dans le présent pour regarder devant nous...elles sont ainsi porteuses d’espoir!
   Un magnifique Volnay Fremiets à la douceur de texture qui signale le caractère précoce de son terroir, un Pouilly-Fuisse frais et construit sur la tension avec pourtant une impeccable maturité et un Puligny Combettes racé à souhait qui embaume le chèvrefeuille et la gingembre avec des accents subtils  de cailloux chauds. 
   Nous produisons désormais des blancs de Chablis à Pouilly en couvrant a vol d’oiseau l’ensemble de la Grande Bourgogne blanche viticole...
  ...La période de notre Toison d’Or commence...fera t’elle de nous des Ducs d’Occident? 
  Nous verrons bien!-))

Nouveautés produite dans le millésime 2019
Partager cet article

commentaires

Le Millésime 2019 - la saison végétative

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Millésime 2019 au domaine Buisson-Charles - Hors norme!

Après un mois de Février solaire et chaud la végétation s'est vite animée et les branches ont vu leurs bourgeons déclore-ébourrer au début du mois d'Avril. Evidemment autant de précocité fait toujours craindre de possibles gelées.


   Gelée nuit du 5 avril -3,5°C ce qui a sans doute  induit 15jours  de retard à la pousse environ.
il s'en est suivi une petite sortie de raisins.
A partir des Saints de  glaces des 11/12/15 Mai s'est déclenché un vent constant qui a eu pour effet d'assécher les sol et d'amorcer un manque d’eau  pour  la plante. Celui-ci a générer des couleurs claires voire légèrement jaunes aux vignes en grandes souffrances.

   Nous avons pu observer un décalage de croissance entre les vignes de coteaux et celles qui ont subi un coup de froid en bas de coteaux 

   La fleur est ensuite passée progressivement  autour du 10/12 Juin avec 5 à 10 jours de décalage pour les vignes de plaines qui ont eu froid.


   Nous avons eu à subir ensuite, dans ce contexte chaud et venteux, un temps froid proches de 3 degrés pendant le passage de la floraison avec en plus de la pluie qui a provoqué de la coulure sur les inflorescences et par la suite un effet de millerandage qui a fortement diminué et concentré la récolte.
Cela fut en fait assez  paradoxal car il fallait un peu d’eau pour resourcer quelque peu les nappes phréatiques.

   A partir de fin Fin Juin nous avons été impacté par une canicule longue et sévère de la période de nouaison jusqu'à la véraison. Un phénomène qui a encore amplifié les décalages de maturité des raisins au sein même d'une même vigne mais surtout entre la plaine tardive et les coteaux en avance.
   Au moment des quelques rares traitement biologiques que nous avons effectués il fallait être judicieux et mesurer les doses de soufre mouillable pour ne pas provoquer de grillure.

 
Les Températures élevées, souvent supérieures à 35 degrés à l'ombre, ont largement contribué a réduire notre  récolte car le déficit hydrique a empêché le grossissement naturel de nos baies pourtant bien formées. Il me parait évident que la vigne a protégé le feuillage nécessaire à sa subsistance  au détriment de ses fruits qu'elle a laissé en bonne santé mais un peu rachitique 
Les repiquages - petits plants de remplacement des ceps morts - ont  souffert du manque d’eau et certains d'entre eux n'ont pu reprendre dans de bonnes conditions. A ce moment là nous avons observé également quelques ceps greffés sur le porte-greffe 161/49 C souffrir de la tylose. 2020 confirmera plus gravement ce constat en déciment nombre de parcelles récentes. 

La Véraison s'est déroulée dans nos parcelles du 5 au 15 aout, assez tardivement dans un contexte aussi solaire, on peut à coup sûr mettre cela sur le compte des difficulté liées au stress hydrique que la plante a subi. Durant le mois d'Aout certaines parcelles étaient un peu figées dans leurs avancées végétatives. Il fallait donc être observateur et surtout patient.

L'Aoutement des charpentes des raisins a commencé à partir  autour du 20 Aout mais il fut effectif seulement un bon mois plus tard, il en fut de même pour les pépins de raisins, pas complètement mûrs avant le 15 Septembre.

Au plan hydrique une forte  pluie fin juillet apportant 25 mm d'eau nous a sans doute fait du bien mais nous n"avons pas vu d'eau ensuite jusqu'au 10 septembre...ce qui nous a conduit a couper 4 jours plus tard un millésime que nous avons pu rentrer sous un temps clément mais sans les lourdes chaleurs du Mois d'Aout et du début de Septembre.

 

Début des vendanges le 15/09

Publié dans Millesime 2019

Partager cet article

Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles.

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Le Millésime 2018 au domaine Buisson-Charles 

   La saison a démarré par une période assez douce et très pluvieuse au mois de Janvier, celle-ci  a permis aux nappes phréatiques locales de se remplir d’eau et nous verrons plus tard que cela a eu un réel impact sur les rendements et le caractère des vins de l’année.


  Février et Mars redevenus plus froid et dans la norme des valeurs normales saisonnières sont restés toutefois pluvieux par intermittence mais la vigne est restée en phase de dormance et n’a pas vu ses bourgeons éclore à Meursault avant le 10/04 dans les endroits les plus précoces. Toutefois du 13 au 24 Avril le temps s’est mis au beau et la pousse des feuilles s’est accélérée soudainement. A tel point que le changement de lune et le retour du froid à la fin Avril ont bien failli faire geler une partie de la récolte. Il n’en fût rien fort heureusement même si la nuit du 28 il a été relevé -2 degrés au sol dans les secteurs les plus froids.


   A partir de ce moment là, la Côte d’Or a connu jusqu’en juin une belle saison ensoleillée qui nous a permis de réaliser nos traitements organiques sans le moindre problème en repoussant la pression mildiou qui était pourtant forte. L’oïdium fut également aisément jugulé avec des traitements à base de soufre uniquement. (Voir la photo du calendrier de traitements.)


   Dès lors la fleur est parfaitement passée sans coulure autour du 23 Mai en même temps que les cerises mûrissaient, ce qui est toujours un très bons signe. A partir de ce moment nous savions que les inflorescences qui n’avaient pas du tout avorté nous apporteraient potentiellement des raisins en assez grande abondance. Seul le temps  sec pouvait contenir ces promesses de récolte. C’est à ce moment la que les nappes phréatiques gorgées d’eau ont eu leur incidence sur l’année en permettant à la plante de bien nourrir ses fruits sans favoriser ses feuilles - ce qu’il se passera en 2019 - et en autorisant un mûrissement régulier tout au long de la saison.


   Toutefois le temps sec et très chaud a marqué notablement les coteaux de mi-juillet à fin Août avec un pic de chaleur intense vers le 15/08. Heureusement il avait plu 30 mm au début de ce mois et cela a sans doute permis au secteur d’avoir des fruits aussi équilibrés qu’abondants. Ainsi nous avons pu récolter sur la base de rendements confortables pour le domaine:  53 hl/ha en blanc en moyenne et 48 hl/ha en rouge avec des secteurs moins productifs - les tres vieilles vignes de Meursault - et plus généreux - les Aligoté à 67 hl/ha avec 7 grappes par pieds! - pourtant nous avions ébourgeonné comme à l’accoutumée. 
  Les rendements assez élevés et la chaleur intense nous ont conduit à vendanger en étalant notre récolte sur deux semaines du 1er au 14 Septembre. Les degrés se sont montrés notablement idéaux car compris entre 12 degrés naturels et 13.6 degrés naturels. Aucun vin n’a été chaptalisé et/ou acidifiés. (Voir photos des  analyses). Nos pH vins finis sont tous inférieurs ou égaux à 3.26 et les acidités tartriques et totales sont elles aussi d’excellentes tenues. Seules les valeurs lactiques et maliques  étaient assez basses mais elles ne sont pas recherchées spécialement  par le domaine car elles participent moins à la tenue du vin dans le temps. 


   Les vins blancs n’ont pas été collés et ont subi une légère filtration au filtre lenticulaire à 7 microns  pour faire baisser la turbidité en dessous de 1.5 NTU. Les rouges - pour la première fois - n’ont été ni collés, ni filtrés mais ont tous une turbidité inférieure à 10NTU. Tous les vins ont été soutirés en Septembre et Janvier et ont donc été élevés sur une durée des 17 mois. 12 mois en fûts et 5 mois en cuve. 
Ils ont été mis en bouteilles du 27 Janvier au 30 Janvier 2020.

 
  Les bouchons utilisés sont des lièges naturels de qualité « fleur extra » avec un bout miroir - parfaitement lisse - et le millésime sur la partie marquée par quelques lenticelles. Ils portent tous le nom de la cuvée produite et ont été orientés à la main pour être certain qu’il n’y ait pas de goût de bouchon...ou du moins minimiser au maximum ceux-ci.


   Une petite nouveauté encore, l’indication du nombre de bouteilles produites pour chaque cuvée. 

Patrick Essa - domaine Buisson-Charles.

Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles.
Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles. Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles.
Partager cet article

commentaires

Taille tôt, taille tard...

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

...Rien ne vaut la taille de Mars.

 

    Le temps est au beau et il semble que depuis deux semaines le Printemps pointe le bout de son nez. Serions nous entrain de revivre une année précoce se lançant dès la fin des derniers frimas? Je ne le pense pas...pour l'instant du moins.

   En effet les amandiers ont un peu de retard sur l'année dernière et il semble que la fin de semaine de ce début de Mars  soit placée sous le signe de la fraicheur et de l'humidité. Cela calmera sans doute nettement la végétation qui pour l'instant est encore endormie.

   Avant...


Les vignes sont désormais débarrassées de leurs grosses charpentes et est venu le temps pour nous de les tailler finement en donnant a nos baguettes et cordons leurs formes définitives. Ce travail mené de front avec les réparations des fils et piquets nous prendra bien encore tous le mois et le début d'Avril, juste avant que la plante ne commence sa véritable période végétative qui s'étalera sur plus de 5 mois.

   Ce matin dans les Meursault Tessons je commençais à réaliser cette taille définitive en "plumant" la baguette pour ensuite pouvoir l'attacher au fil du bas...observez mon petit Avant-Après.

Après...

Partager cet article

commentaires

Les vins en élevage du domaine Buisson-Charles dégustés pour le spécial millésime 2019 de la revue Bourgogne Aujourd’hui

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Les vins en élevage du domaine Buisson-Charles dégustés pour le spécial millésime 2019 de la revue Bourgogne Aujourd’hui
Les vins en élevage du domaine Buisson-Charles dégustés pour le spécial millésime 2019 de la revue Bourgogne Aujourd’hui
Les vins en élevage du domaine Buisson-Charles dégustés pour le spécial millésime 2019 de la revue Bourgogne Aujourd’hui
Les vins en élevage du domaine Buisson-Charles dégustés pour le spécial millésime 2019 de la revue Bourgogne Aujourd’hui

Les vins en élevage du domaine Buisson-Charles dégustés pour le spécial millésime 2019 de la revue Bourgogne Aujourd’hui
Partager cet article

commentaires

Jeux de mains, jeux de raisins...

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Jeux de mains, jeux de raisins...

 La saison de travail dans les vignes est en phase de ralentissement. Le plus gros est fait car désormais toutes les vignes sont palissées-redressées-accolées et cisaillées. 
   Au stade de la fermeture de la grappe qui est intervenue dans nos vignes - selon les parcelles - entre le 23 et le 30 Juin nous pouvons constater véritablement quelles sont les charges que l’année autorisera et selon toute vraisemblance cette année nous serons gâtés. 
   Nous pensions même je crois à une possible récolte plus confortable encore mais la fleur est passée difficilement à certains endroits et il n’y aura pas besoin de si grands paniers que cela pour cueillir nos raisins. Pour la qualité c’est excellent car notre choix n’est véritablement pas de remplir la cuverie. Une belle récolte à 45/48 hl/ha de moyenne nous ravirait. Nous verrons bien. 
   Le stade mi-floraison  ayant eu lieu entre le 22 et le 30 mai, il est aisé de constater que les 32 à 35 jours ont été respecté jusqu’à la fermeture de la grappe et que la veraison selon toute vraisemblance démarrera dans nos parcelles environ 32 à 35 jours plus tard, soit au début du mois d’Aout en moyenne. Le temps annoncé pour Juillet est beau et chaud mais entrecoupé d’averses orageuses et marqué par des températures non caniculaires. Si le ciel ne nous tombe pas sur la tête (ma photo!)- ce qui est toujours possible localement - nous nous acheminons vers une année très classique en terme d’équilibre et pour tout dire, proche de 2018 mais avec un rendement sans doute plus faible. 
  Les bulletins divers qui fleurissent de ci de là confirment donc mes  impressions premières formulées en Avril et valident une récolte raisonnable au tout début de Septembre. 
  Intuitivement je perçois les pinots un peu en avance sur les chardonnays mais les deux cépages souffrent véritablement de viroses dans nombre de secteurs. Je vous en ai déjà parlé dans mon billet précédent. Seuls les aligotés semblent totalement exempts de ces viroses qui a n’en pas douter proviennent de ce cycle chaud et précoce qui a marqué ces  dix dernières années. 
Serait-il « Le »Cépage bourguignon de demain. Je me pose cette question simple lorsque je vois ce qu’il a pu donner en 2019 en préservant une acidité assez étonnante dans ce contexte et en prenant une complexité de cru d’élite. 
   Nous allons peut être voir un jour des zones de premier ordre plantées avec ce cépage en dehors des Monts Luisants de Morey et quelques secteurs de la montagne de Corton. Et si au fond le renouvellement de notre viticulture ne passait pas par une redécouverte de ce vieux et sous estimé cépage?...
 À suivre!

Partager cet article

commentaires

Disque solaire

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

   Depuis 2009 nous vivons un cycle climatique chaud où les millésimes viticoles précoces se succèdent. En 11 millésimes les années ou le début des vendanges s’est effectué en Août représentent  plus de la moitié de la production.       

    Ainsi 2009,2011,2015,2017,2018,2019 auquel on peut ajouter 2016 qui, moins précoce, a connu un mois de Septembre très ensoleillé et 2020 qui s’annonce, ont tous vu les vendangeurs à la fin d’Août ou au tout début de Septembre, arpenter les rangs de vignes, sécateurs à la main. 
   S’interroger sur cette permanence liée à la chaleur et peut être encore plus à l’avancée végétative est sans aucun doute nécessaire pour comprendre ce qu’il est possible de produire comme vins en terme d’équilibre. 
   Lorsque la vigne démarre sa saison avec une avance de trois semaines par rapport aux dates moyennes constatées à la fin du vingtième siècle et au début du suivant, il convient de définir si cette évolution peut ou doit marquer les crus issus de terroirs qui auparavant s’exprimaient parfaitement selon une progression différente ou plutôt différée.    

   En d’autre terme doit on accoutumer nos pratiques et productions  aux temps actuels ou poursuivre de  chimériques équilibres obtenus autrefois selon de conditions climatiques différentes?
    Nos expériences passées ont toutes, à des degrés divers, forgés notre goût en définissant des modèles gustatifs inconscients. Oh bien entendu cela incorpore année mûre et année de tension car leurs successions a toujours été naturel, mais il n’empêche nos préférences vont souvent plutôt vers l’un ou plutôt vers l’autre. Difficile en vérité de demander à notre cerveau d’apprécier des crus aux équilibres radicalement différents. 
   Pourtant je crois qu’il est nécessaire de le faire.
   J’aime beaucoup le dernier millésime de tension naturel qu’est 2013, sans doute également le classicisme - entaché de raisins grêlés sur certaines zones - qu’est  2014 et si mon goût ultime personnel va aux millésimes capables de préserver concentration, maturité et tension comme le furent les 79, 64 ou 55 je me dis qu’il est bon de toujours conserver le gradient de maturité que l’année autorise. 
    Solaire, frais, mûr, tendu, « sucreux »,salin?... en fait le climat décide bien souvent pour nous et ce qu’il est possible de capter au mieux sans aucune correction œnologique est avant tout à relier au temps de l’année.
   Reprochera t’on à 1947 et 1976 d’avoir généré des vins plus capiteux et d’acidité basse que 1962 ou 1990? Stigmatiserions nous un Condrieu - ou un Hermitage blanc -  visqueux et texturé face à un Sancerre ou un Saumur blanc? Je ne crois pas.
   Le domaine Buisson-Charles ne cherche donc pas dans ses vins un équilibre déterminé par ses goûts mais plutôt une production révélatrice de l’endroit et du caractère saisonnier que la vigne porte dans son adn cette année là. 
    Ainsi en 2018 les acidités furent plus élevées chez nous qu’en 2015 ou 2009 avec près d’un demi degré de moins et les équilibres seront assez proches au fond de ces 1979 que nous aimons  tant aujourd’hui mais 2019 qui suit aura le caractère des 47, solaire, riche et d’une concentration hors norme, au sens où cela n’arrive probablement chez nous au domaine Buisson-Charles que tous les 50 ans. Il nous est apparu nécessaire de preserver cet équilibre naturel sans essayer de l’édulcorer pour le rendre plus lisse, plus consensuel, plus habituel...
  ...en fait je crois que capter le soleil fût en 2019 une quête vers quelque chose d’absolu, quelque chose que nous - ma génération - n’avions encore jamais véritablement approché. 
   Alors oui, solaire, mûr, plein, extravagant et unique...le culte de l’astre solaire fût notre graal dans ce millésime qui aurait plu à Akhenaton! Cela ne fait pas de nous des pharaons adorant aveuglement  le disque lumineux mais en revanche oui, nous acceptons,  lorsque la nature le décide, de lui rendre grâce...

Disque solaire
Partager cet article

commentaires

Horloge interne

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Horloge interne

Réflexion: Horloge interne 

  Nous vivons dans un monde où les calculs sont de plus en plus sophistiqués et où les moyennes de toutes sortes de paramètres peuvent être consignées et rendues signifiantes. Ainsi en matière de viticulture la période végétative  essentielle qui conduit la vigne de son débourrement à la récolte de ses fruits est elle scrutée et analysée pour produire des résultats chiffrés  qui modélisent possiblement son avancée. 
  Sans entrer fastidieusement dans des relevés nombreux et complexes, les études agrégatives récentes tentent de modéliser la relation qu’il y a entre les températures moyennes observées et les dates qui régissent le rythme de la plante. Schématiquement si au cours d’une saison la température moyenne augmente de 10% par rapport à une année dites moyenne ou la récolte se ferait au 20 Septembre, certains calculs projettent une cinétique qui induit une accélération de 10% des mécanismes qui régissent la pousse de la vigne. 
  Il n’en est rien.
  En effet la vigne possède sa propre « révolution » interne et tous ses mécanismes observés tendent à prouver qu’elle peut faire tampon à cette accélération due à la chaleur et au degré d’insolation pour freiner vigoureusement sa course à la maturation. En somme si 2003 a été 17% plus chaud que 2002 le temps qu’il a fallu à la plante pour mûrir n’a été « accéléré » que de quelques jours. Sinon nous aurions récolté le 8/08!!! Cela ne fût pas le cas. 

 Mon propos n’est pas ici de prendre parti et de décider de qui a raison ou qui a tort parmi les scientifiques (cf le lien ci dessous) mais il me paraît évident, depuis que j’observe les vignes du domaine que les réponses qu’elles nous donnent selon les saisons/millésimes qui les impactent sont toujours tempérées par un fonctionnement interne inhérent à la plante elle même, aux sélections de plants, de porte-greffes, au travail qu’on lui apporte et à la manière de la conduire. La main humaine est en ce sens le meilleur moyen de guider finement sa progression et de définir avec le caractère climatique de l’année, le moment le plus judicieux pour récolter des fruits équilibrés parfaitement. 
   A ce titre en combinant connaissances, ressentis liés au travail quotidien dans les vignes et choix liés aux potentialités des fruits que l’on souhaite produire, il convient d’affirmer que nous ne pouvons être seulement des observateurs d’un changement lié au climat en le subissant. Il est nécessaire de définir des procédures permettant de continuer à étirer la durée qui conduit la vigne de son débourrement à la floraison, puis de cette floraison à la veraison et enfin à la récolte. Car c’est ce temps le plus long possible qui est la marque des vins septentrionaux à la condition qu’il soit étiré sans que le fruit ne s’effondre au niveau de son équilibre acide-sucre.

   Mon horloge interne est alors en phase avec ces fruits ultimes qui par leurs caractères telluriques selon des contraintes climatiques maîtrisées peuvent permette de produire des vins dont ont peut signifier alors  qu’ils ne sont plus variétaux mais organiques.
  En somme il n’est plus envisageable de produire des vins acides aux senteurs de citron sur des effluves délicatement toastés/ grillés en se réclamant vigneron  du terroir. La complexité de nos sols est au delà des ses effets de style réducteur qui en simplifiant le goût ont permis de produire des vins sans âme qui se ressemblent tous et qui sont plus des vins d’équilibre aux accents bien lisses que des vins profonds et originaux capables de dépasser les codes communément admis et les typicités les plus simplificatrices.

Partager cet article

commentaires

Canicule, pluie et capuchons

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Canicule, pluie et capuchons

    Il y a quinze jours certains esprits devins nous annonçaient une canicule estivale et des chaleurs de juin insoutenables. Evidemment tout cela selon un temps sec et une absence de pluie. Après le corona, la vague de chaleur devait une fois de plus faire des ravages. 
   Il n’en sera rien.
   20 millimètres de pluie reçue il y a quinze jours et encore 20mm hier et avant-hier feront de ce mois de Juin un mois paisible où nos organismes et la plante que nous cultivons ne souffriront pas. Un temps de saison, une avancée végétative qui suit un rythme régulier et qui ces derniers jours entame sa course vers la nouaison par la chute des capuchons floraux. En somme une idéale cinétique.
   Les vignes sont majoritairement en bonne santé même s’il faut observer de ci de là des taches de chlorose un peu plus marquées que l’année dernière et si la tylose ( dépérissement) des porte-greffes 161 plantés récemment n’est pas une vision de l’esprit. Certains secteurs plantés ces dix dernières années sont même durement touchés et la seule solution semble être l’arrachage. Heureusement au domaine nous sommes très peu touchés par ce phénomène même si. Lis restons vigilants. Merci les vieilles vignes!
   Avec un temps aussi clément qui exclut fortes chaleurs et froid de nuit, les maladies sont en quelque sorte « en sommeil » mais évidemment le risque rôde. Nous avons donc étirer la durée entre les traitements et limité  l’emploi du cuivre qui n’est pas vraiment nécessaire en ce moment. Poir l’instant aucune trace de mildiou ou d’oïdium.
   La véraison devrait avoir lieu à partir de la fin de Juillet et selon les observations au domaine elle se terminera vers le 5/10 août dans nos vignes pour peu que deux averses - au moins - de 20 mm marquent cette période d’environ 55/60 jours.
   Selon ces prévisions les Vendanges auront lieu vers le 5/7 Septembre à plus où moins cinq jours près. Je vous ai déjà écrit cela en Mars, en Avril et en Mai...cela se confirme! 

(Ci dessous, le petit Clos des Magnys relevé et ébourgeonné deux fois puis écimé à la cisaille. Nous le « repasserons » encore trois fois au minimum...)

Canicule, pluie et capuchons
Partager cet article

commentaires

Millesime 2020 Pleine Fleur

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Millesime 2020 Pleine Fleur
Millesime 2020 Pleine Fleur

Pleine Fleur

   Au domaine Buisson-Charles la pleine fleur - à savoir la mi-floraison dans une parcelle - a été atteinte du 23 au 28 Mai pour nos Meursault, Volnay et aligoté et se poursuit dans les parcelles de pinots et particulièrement à Pommard en Mareau où elle n’a pas encore commencé.
   Contrairement à certaines idées reçues l’été chaud qui s’annonce n’accélèrera pas la maturation des baies et la chute des capuchons floraux et nouaison annonce un début de  véraison de nos chardonnays autour du 25/28 Juillet, il faudra ensuite encore 35 à 42 jours pour que leur mûrissement s’opère intégralement. 
   La chaleur sèche et l’éventuel manque d’eau  ne changera rien à ce cycle inscrit dans l’ADN de la plante, au contraire sans eau et si la canicule se met en route - un élément auquel je ne crois guère si j’en juge les projections à longue vue de nos différentes météo et surtout le caractère de cette année régulièrement venteuse -  nous pourrions avoir des blocages de maturité dûs à des stress hydriques.
    Je ne le vois pas ainsi. Nous allons vers un été solaire et donc chaud mais pas vers la fournaise. En attendant le vent et le soleil nous ont amené à supprimer purement le traitement soufre et cuivre prévu ces derniers jours car nos vignes sont parfaitement saines. Si l’oïdium qui concerne essentiellement les blancs, rôde encore, le mildiou n’a pas les conditions favorables à son développement et il nous paraît inutile de disposer du cuivre dans les vignes en ce moment. 
   Nous préférons travailler sur la plante et fignoler son feuillage pour aerer les raisins abondants cette année. Mode prophylactique donc! On peut même dire que les raisins sont potentiellement très abondants, au point que nous repassons dans chaque vigne pour enlever des rameaux une seconde fois tant il est évident que si nous ne le faisons pas, nos rendements ne nous permettrons pas de produire les vins que nous avons en tête.
   Toutefois il faut garder de la mesure dans ce geste qui prive la plante d’une partie de ses fruits car comme l’an dernier ceux ci risquent d’avoir un poids moyen inférieur à une année plus humide. Les grappes pèseront sans doute 10 à 20% de moins qu’en 2018. Elles sont plus petites dans nos vignes bien que parfaitement formées et parfois disposées en grappes agrégées  les unes aux autres...ce sont celles-ci que nous faisons sauter. 
   Les dix jours qui s’annoncent seront à l’évidence harassant pour les organismes mais la fin du « coup de feu » approche et c’est très  bon pour le moral...

Millesime 2020 Pleine Fleur
Partager cet article

commentaires

Journal du millésime 2020

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Journal du millésime 2020

10 Mai 2020:

Perdre fleur et conserver son apex...en étirant son cycle!

    La vigne pousse selon des rythmes liés au temps du millésime en cours mais également selon le rythme interne de son métabolisme. Cette Lapalissade végétative pourrait faire croire que face à elle l’homme est réduit à l’état d’observateur béat, contemplant les rameaux et les fruits tout au long de la saison. 
   Il n’en est rien.
   Avec les années, à la manière de Monsieur Jourdain il nous est apparu que la prose gestuelle que nous utilisions pour cultiver la plante avait une incidence avérée. Après avoir compris de manière empirique que la longueur de la période qui court après la fleur était essentielle à l’obtention de fruits équilibrés et qu’il s’agissait de l’étirer au maximum, est venu le temps de définir quels étaient les moyens de retarder la pousse de la liane pérenne. 
 Encore une fois rien de révolutionnaire mais plutôt un retour à des préceptes anciens consistant à positionner les bons plants et porte-greffes aux bons endroits, à tailler en deux fois en passant le plus tard possible la seconde fois, à ébourgeonner pour aérer la plante sans la déshabiller, à labourer tardivement, à plier les baguettes le plus tard possible en zone gélive...bref à repousser le début de la saison végétative dans ce cycle actuel qui est à l’évidence précoce. 
   En luttant ainsi contre la gelée, il nous a été possible de voir nos plants modifier sensiblement leur comportement et adopter un rythme imperceptiblement  plus lent que lors des millésimes antérieurs. Ainsi, en ce moment, nous sommes assez loin d’avoir des vignes vigoureuses qui seraient à écimer au niveau de leur apex sommital et nous pouvons tranquillement finir de les ébourgeonner et de les palisser en attendant que la fleur passe complètement, probablement  à la fin de ce mois de Mai. Pas avant.
   Observez les photos ci dessous qui prouvent avec acuité  que nos raisins n’ont pas encore commencés à développer les petits cils blancs de  la fleur qui « évolue » puis leur chute qui signale la fin de cette avancée végétative. Cela nous permettra de patienter et d’allonger la saison de mûrissement ce qui permet de complexifier les raisins de limite Nord et de leur conférer cet équilibre abouti qui lui seul permet de révéler le terroir dans toute sa dimension.
   En fait nous aimons prendre le temps, retarder le plus possible les différents moments d’intervention pour les exécuter au moment opportun, dans une « temporalité »idéale. Le rythme de la vigne n’est pas celui de l’homme, il ne peut être emprisonné dans le systématisme et si la vigne n’est pas un jardin qu’il faut suivre, elle n’est pas non plus une liane sauvage qu’il faut laisser faire. Non, c’est un organisme vivant qui définit lui même son avancée en prenant celui qui s’en occupe par les vrilles qu’elle lance et les rejets qu’elle émet. 
   Tu me coupes, je te donne des entre coeurs, tu m’enlèves des  feuilles, je limite la croissance de mes fruits, tu me dépouilles trop tôt de mes raisins, je te donne des fruits variétaux, trop tard...je te donne du sucre et des arômes passés.
   2020’nous verra sans doute au domaine récolter au début de Septembre - entre le 5 et le 10  à plus ou moins 5 jours près - et nous sommes très heureux de constater que ces dates précoces, récurrentes ces dernières années,  sont désormais parfaitement intégrées et maîtrisées par nos process culturaux et de vinif-élevages...
   Nous avons fait notre petite révolution copernicienne en ajustant des usages anciens à des réalités modernes. Nous verrons dans quelques temps si les vins qui en sont issus ont le niveau...

Journal du millésime 2020

17 Mai:

100 jours depuis l’île d’Elbe où Accélération temporelle? 

   Serions nous dans une nouvelle fenêtre temporelle qui ferait que les rythmes qui nous régissent changent notre manière de percevoir le monde?
   Faut-il dans nos vignes imaginer que précocité est fille de célérité et qu’en raison d’un départ rapide la course à la maturité peut être réduite par simple effet magique? 
   Que nenni! Mais pourquoi? 
   Est-on certain que chaleur et sécheresse sont de bons moteurs à la rapidité de nos plants.. ou alors sont-ce des mobiles pour nos plans? 
   Questionnement naïfs répondant  à des interrogations légitimes.
 Nous comptions 100 jours après la pleine fleur - en fait la mi-floraison - pour évaluer un possible début de récolte.Hors le réchauffement qu’induit le cycle de notre climat actuel semble avancer nos repères et si naguère nous terminions notre travail principal  sur la plante à la mi-Juillet, il est certain qu’en ce moment il s’achève quasiment systématiquement  au 25 Juin. Cela ne nous empêche pas de le poursuivre beaucoup plus tardivement pour fignoler notre action sur les plants mais il est évident que les étapes qui régissent nos actes culturaux se sont avancées.
  Toutefois elles n’ont certainement pas modifier le rythme interne de la plante qui continue de suivre sa propre évolution en se moquant un peu des règles nouvelles que nous pourrions nous donner. Comme le raisin qui pousse en Corse ou sur l’île d’Elbe, au Liban ou au sur les coteaux d’Annaba il lui faut une durée minimale pour s’épanouir  pleinement et cette durée est si fondamentale que ne pas la respecter c’est aller un peu contre la plante, la nature, le terroir ou le climat. 
   Ci dessous vous observerez l’état d’avancement des Goutte d’Or du domaine et le fait que la fleur pour l’heure n’a pas démarré sa course sauf sur un jeune plant. Nous en déduisons que celui-ci a cinq à six jours d’avance et que pour le reste de la parcelle la Mi-floraison aura lieu en fin de semaine prochaine car le temps annoncé sera chaud et sec. Il fera suite à plus de 50 mm de pluie reçue en dix jours et à quelques journées venteuses ralentissant un peu la pousse. Une mi-floraison que sans risque nous observerons entre le 25/05 et le 10/06 dans les vignes du domaine Buisson-Charles. 
   La première manche se jouera en Charmes, Cras, Tessons et Goutte d’Or, la dernière à Pommard en Mareau comme tous les ans. 
   En faisant fi des aléas climatiques toujours possibles - vade retro satanas! - il nous paraît assez clair que nous ne vendangerons pas en Août et qu’en tous cas aucun de nos villages et Bourgogne ne sera récoltés avant le 5/7 Septembre. Pour les premiers crus je vous en dirai un peu plus lors de mon prochain « billet » mais cela risque d’être identique même avec un été sec et caniculaire.

Journal du millésime 2020
Partager cet article

commentaires

Le Millésime 2019 juste après les vendanges

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Le Millésime 2019 juste après les vendanges Le Millésime 2019 juste après les vendanges

Récolte 2019 au domaine Buisson-Charles à Meursault: bilan et perspectives 

  La saison 2019 ne fut ni plus longue ni plus compliquée que les autres. Elle s’est étalée de la fin de Septembre 2018 à la moitié de ce mois en 2019, soit sur environ 350 jours. 

  On s’interroge parfois sur les caractères culturaux dont usent les exploitations: sont elles en mode conventionnel, raisonné, biologique? On oublie très - trop! - souvent et sans doute à dessein que ce qui détermine ce caractère n’a trait qu’aux simples moyens de traiter la vigne et de l’amender. Tout le reste des interventions sur la plante est rigoureusement le même quoi que puisse en dire certains faiseurs de belles histoires, très éloignés d’une vérité objective.

   Ainsi l’histoire vraie  que je vais vous conter est celle d’un domaine qui par choix a décidé  de rendre compte de son travail en toute transparence  sans prendre ses clients pour des naïfs mais au contraire en les informant avec forces détails, photos et analyses pour qu’ils puissent juger « véritablement » par eux même.

   Depuis la fin du mois de Mars 2019 rien ne vous a été caché sur nos choix assumés - ne pas faire brûler de paille, ne pas installer de bougies par exemple - et sur les différentes étapes de la saison végétatives entre travail de mains et traitement biologique à base de soufre et de cuivre. Ce récit long, détaillé, minutieux vous pourrez le lire en remontant le fil de cette page FB. Nous n’avons pas cherché à vous montrer le beau et le clinquant non! On vous relate des faits qui nous conduisent de plus en plus à prendre nos distances avec les pratiques de notre région qui nous paraissent peu adaptées au changement climatique.

   Nous ne sommes pas des jardiniers essayant de produire de nombreuses feuilles en cherchant un aspect visuel idéal et gracieux, tout au contraire nous voulons replacer la plante au service du fruit qui est le seul élément avec lequel nous faisons du vin. Une plante que nous souhaitons fine, aérée, vivante, au service de ses fruits et surtout capable d’étirer la période d’après floraison au maximum pour que la complexité des climats soit entièrement captée par les raisins de la liane pérenne car parvenus à complète maturité. Bref, les contre-vérités  qui consistent à imaginer que le degré seul signale le moment de la récolte supprime bien plus sûrement qu’une obédience culturale donnée la possibilité de générer de grands vins. 
   
   La Côte des blancs ne produira pas beaucoup de vins car le chardonnay a eu du mal à « passer fleur » au début de Juin et car les chaleurs ont généré des raisins de petite taille. Pas vraiment millerandés comme on peut le lire parfois mais plutôt des grappes bien formées avec des baies très petites et aérées.

   Nous avons produit environ 27 à 30 hl/ha dans nos vignes de chardonnay  âgées de 10 à 90 ans, il devait être possible d’aller un peu au delà mais certainement pas aux limites permises. En rouge nous ferons environ 37 hl/ha ce qui n’est pas si mal. Dans les deux cas les vins seront potentiellement incroyables. Au total nous baissons de 50% par rapport à 2018. Mais la nature est ainsi, il faut l’accepter. 
   Nos achats ont été compliqué et nombre d’entre eux - pourtant conclus avant vendanges - ont avorté car bien peu avaient à vendre une fois la récolte faites et tout le monde se sert en premier. C’est de bonne guerre. Nous produirons toutefois des Corton blancs et rouges, trois premiers crus à Volnay, un peu de Puligny premier cru et une dizaine de pièce de Chablis premiers et Grands crus sans oublier quelques gouttes de Chapelle Chambertin. On s’en sort donc plutôt bien! Et il n’est pas dit qu’un immense premier cru de Pommard ne rejoigne la gamme rouge. Je vous en reparlerai. 
    
 2019 sera grand Millésime ou ne sera pas ai-je dit tout au long de ces miscellanées...il sera grand, désormais c’est certain!

Le Millésime 2019 juste après les vendanges
Le Millésime 2019 juste après les vendanges
Le Millésime 2019 juste après les vendanges

Publié dans Les millésimes

Partager cet article

commentaires

Les scores d’allen Meadows pour nos vins blancs 2017 sont très élogieux....

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Les scores d’allen Meadows pour nos vins blancs 2017 sont très élogieux....
Les scores d’allen Meadows pour nos vins blancs 2017 sont très élogieux....Les scores d’allen Meadows pour nos vins blancs 2017 sont très élogieux....

   Une revue de nos vins blancs du millésime 2017 faites par Allen Meadows de Burghound.com

 

 

Partager cet article

commentaires

Des Meursault de référence selon Olivier Poussier

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Des Meursault de référence selon Olivier Poussier

 

10 mois après la récolte 2018  et mon coup de gueule - tellement justifié - sur les récoltes corrigées, trop abondantes et insuffisamment mûres...on observe que la qualité des blancs varie en fonction de la concentration et du manque de maturité! 

  

   En 2017 comme en 2018 il fallait  impérativement  être patient pour récolter des fruits équilibrés susceptibles de ne pas être corrigés par des actes oenologiques inconsidérés.

   Olivier Poussier - meilleur sommelier du Monde et rédacteur à la Revue Des Vins de France - apporte une observation signifiante sur notre travail - et donc nos choix de récolte et de vinification - en postant sur les résultats des dégustations du futur Guide Vert 2020.

   Être à ses yeux la référence du millésime pour nos Meursault n’a pas de prix et valide l’ensemble du travail mené par toute l'équipe du domaine. 

   Merci a lui.

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article

commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>