Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Domaine Buisson-Charles à Meursault

Publié le par domaine.buisson.charles.over-blog.com

Le Domaine Buisson-Charles à Meursault

 Aujourd'hui dirigé par Catherine Buisson et son mari Patrick Essa,  le domaine Buisson-Charles, de taille modeste - 6,3 hectares - exploite depuis plusieurs générations des parcelles situées sur le finage de Meursault  qu'il complète avec des crus de Volnay et Pommard pour ses vins rouges ainsi que Chassagne-Montrachet, Puligny-Montrachet, Chablis Premier Pru et Grand Cru et Corton-Charlemagne.

 

  Résolument tourné vers l'avenir il a engagé depuis plusieurs années une politique de rénovation et d'extension de sa cuverie et de ses caves en vue d'affiner encore ses vinifications et élevages pour être au plus près des grands terroirs qu'il a la chance exceptionnelle de produire. Ceux-ci êtant depuis toujours cultivés sur la base d'un travail de labour des sols réguliers qui exclu toute présence de désherbants. Cette approche résolument  naturelle de la vigne se retrouve avec intensité dans les vins blancs (70 %) et rouges qui sont tous vinifiés, élevés et mis en bouteille par le domaine.

  Le domaine exploite aujourd'hui près de 4 hectares de Meursault et Meursault premiers crus dans des climats très divers qui permettent de réaliser une cuvée d'assemblage complexe, le Meursault "vieilles-vignes" et d'isoler des crus particuliers comme Tessons en village et Charmes, Cras, Bouches-Chères et Goutte d'Or en premiers crus. Les vignes très âgées - entre 30 et 90 ans - êtant naturellement peu productives elles permettent d'obtenir après vinification et élevage des vins très concentrés destinés à la longue garde. Un choix assumé qui ancre la production du domaine sur le long terme.

Ces quatre hectares sont complétés par des parcelles de Bourgogne rouge et blanc, de Volnay premier cru Santenots et de Pommard "En Chiveau" ainsi que d'une petite production de Chassagne-Montrachet en premiers crus En Remilly, Les Caillerets et  La Romanée.

  A partir de 2011 le domaine a élargi sa gamme en développant une petite activité négociante en Corton-Charlemagne,  Chablis Grand Cru Vaudésir et Premier Cru Les Lys ainsi que sur le très beau premier cru Le Cailleret à Puligny-Montrachet.

 En 2015 et au début de 2016 le domaine a acquis de nouveaux locaux et agrandi ses caves pour travailler plus finement ses cuvées durant l'élevage tout en envisageant d'allonger les durées en fûts de quelques mois. Il a également augmenté de plus de un hectare la surface exploitée en propre par le domaine avec des parcelles sises sur Puligny-Montrachet.

  Si Catherine et Patrick ont repris l'exploitation du domaine depuis le millésime 2001, ils ont aussi la chance de voir leur fils Louis - étudiant dans la prestigieuse école d'oenologie suisse de Changins - participer de plus en plus régulièrement à la vie de l'exploitation. Nul doute qu'il sera amené à prendre la suite de ses parents dans les années à venir...

...A suivre!

 

The domaine is quite rightly known for the quality of its excellent whites but don’t ignore the reds, in particular the Bourgogne and the Santenots as both are almost always unfailingly good.

Allen Meadows - Burghound.com

Le Domaine Buisson-Charles à Meursault

Partager cet article

Repost0

commentaires

Comprendre le vignoble de Pommard

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Comprendre le vignoble de Pommard

Vins produits par le domaine: Pommard En Chiveau (1500 bouteilles par an)

Le Vignoble de Pommard

Par Patrick Essa - vigneron au domaine Buisson-Charles à Meursault

Il n'y a pas de nom de vin rouge plus connu dans le monde. Pommard est un nom court et sec qui se prononce bien dans de nombreuses langues et qui est pour beaucoup d'amateurs synonyme de vins rouges puissants et structurés capable d'affronter la longue garde. Toutefois en creusant un peu cette réputation - méritée! - on peut s'apercevoir aussi que son nom peut être associé à la rusticité tannique de vins durs qui mettent beaucoup de temps à se faire. Qu'en est-il exactement? À l'évidence si l'on se fie au potentiel de ses terroirs, la relative austérité qu'ils impliquent en raison d'un substrat marneux affirmé n'est pas le seul élément qui permet de les définir.

 

Le vignoble se divise en deux coteaux distincts séparés par une Combe importante qui positionne certains climats sous une évidente influence éolienne. Ces courants frais ont la particularité de retarder un peu la maturité des fruits tout en permettant de lutter favorablement contre les maladies. Il en résulte fréquemment des récoltes de coteau naturellement saines selon des fruits ayant une maturité légèrement froide et, de ce fait des peaux un peu plus épaisses avec toujours un potentiel tannique affirmé.

Toutefois une zone basse sise en aval sur le cône de déjection de la combe repose sur une couche de limons assez épaisse qui procure aux vins plus de douceurs et une féminité "possible" que les vignerons ne recherchent pas toujours...

...Ainsi Pommard n'est pas l'alter-ego masculin de son voisin féminin Volnay. C'est une métaphore qui a le vie un peu trop dure et qu'il convient de dépasser selon les coteaux et secteurs considérés car la finesse et l'élégance ne lui ont jamais manqué si j'en juge les très régulières dégustations que j'ai eu et ai encore l'occasion de faire.

 

Un premier coteau s'élève au Nord de l'appellation. Il naît tout contre Beaune sur une large bande marna-calcaire marquée par des terres brunes idéales pour la production de grands vins de pinot noir. Ce coteau tourmenté verse vers le Sud à partir du premier cru " Les Charmots"pour se poursuivre sur des terres de plus en plus claires en direction de la Combe jusqu'au climat village de la "Plante aux Chèvres" qui est quasiment orienté au couchant et qui touche le vignoble des Hautes Cotes de Beaune. Ce long coteau est sous la double influence de la Grande Combe de Pommard et de la Combe de Lulunne située au dessus et contre lui sur le finage de Beaune. Les vents circulent ici selon des courants qui hélas peuvent attirer les nuages de grêle au milieu de l'Eté et les risques semblent s'y être multipliés ces dernières années, surtout dans la partie orientée plein Est dans laquelle se trouvent les meilleurs premiers crus.

 

Cette zone du coteau Nord qui regarde le levant est argilo-calcaire et parsemée de ban marneux, elle regarde le levant selon une pente qui va de douce à forte lorsque l'on s'élève sur le coteau. Elle produit des vins très parfumés et généreux qui n'ont rien de crus aux tanins anguleux et revêches et qui au contraire lorgnent toujours du côté du raffinement et d'équilibres fruités mûrs sans excès.

Le plus connu d'entre eux est Les Epenots ( je vous renvoie à leur analyse détaillée en bas de page ) qui sont suivi de près par le très épicé et racé Pézerolles au corps impeccable et à la proverbiale longévité. On citera également les excellents Largillières (ou l'Argillière parfois) et Saussilles (prononcez Saucile) qui sont peut être un peu moins profonds et le gourmand et original Boucherottes en bas au Nord qui commence à ressembler aux pinot Beaunois voisins, un peu plus variétaux.

Les Charmots amorcent un changement d'orientation vers le Sud et une zone plus chaude et précoce qui également sous l'influence de la Grande Combe donne des vins subtils et délicats. Charmots est le cru le plus élégant de la commune, il égale la finesse des meilleurs crus de Volnay et de Beaune et fait sans doute partie des plus beaux crus du Beaunois. En dessous de lui le Clos Blanc, La Refène, le Clos de la Commaraine et le Clos de Verger sont marqués par un substrat marno-calcaire mêlés à des colluvions. Ce sont de bons climats mais en dépit de leurs races fruitées et de leurs sombres couleurs, ils n'ont pas tout à fait la même complexité d'expression.

Les Arvelets plus pentus et tourmentés ont une présence plus affirmée et me paraissent un cran au dessus car leur nature séveuse et leur fruité noir et un peu mat en font des crus qui vieillissent avec grâce. Les petits crus de Chanière et Platière sont moins constitués et fermes mais ont une douceur fruitée et un grain délicat vraiment séducteurs.

Les meilleurs villages de la commune se positionnent sur ce coteau Nord et regardent le Sud-Est et le Sud. Le meilleur d'entre eux est le formidable Vignots qui a souvent la classe et la profondeur d'un premier cru. Ses terres plus claires, caillouteuses et fort calcaires pourraient en certains secteurs donner des blancs d'élite. Mentionnons aussi le très bon Noizons et le large et toujours très typé "vin de coteau" En Bœuf .

 

Le coteau Sud est un peu moins vaste mais il monte jusqu'à plus de 330 mètres sur une surface pentue et assez accidentée qui est également entaillé par une petite Combe au cœur du lieu-dit en Vaumuriens.

La zone des premiers crus plus restreinte est entièrement tournée vers le levant et s'élève depuis une zone plane riche en limons et oxyde de fer jusqu'à un coteau pierreux aux terres plus légères et claires. Le plus emblématique des climat est le merveilleux Rugiens qui a dans sa partie basse le statut de grand cru naturel. Le fait que le haut de pente et le versant qui regarde l'Ouest (zone village) portent aussi le nom de Rugiens l'a sans doute desservi au moment des classements mais sa fougue est indéniable et sa longévité absolument hors du commun. Le plus grand cru de tout le Beaunois à mon sens.

Fremiers, Jarollières, Chaponnières et Croix Noires sont quatre crus de coteau de haut niveau qui me paraissent conjuguer les qualités de finesse des Fremiets de Volnay voisins tout en bénéficiant de la chaleur de ce coteau peu influencé par les vents de la Combe. Consistants, puissants et charpentés ils pourraient assez facilement rivaliser en qualité avec la bande des meilleurs Volnay sise au Sud de l'appellation, voire avec les crus de la Côte Saint Jacques de Gevrey auxquels ils ressemblent nettement sur le plan de leur équilibre.

Ce n'est pas le cas des plus tanniques et souvent un rien moins élégants Poutures et Bertins qui plus terriens reposent sur des terres plus lourdes et moins complexes. Les vins ont un caractère plus sévère mais ne manquent pas de puissance. Les Combes Dessus et le Clos Micot (ou Micault ou encore Micaut) n'ont pas complètement le niveau de cru je crois. Leurs sols plus limoneux leur confèrent une certaine finesse mais ils n'ont pas le fond des meilleures cuvées.

Chanlins plus haut sur le coteau peut être excellent mais se présente plus frais, sur un fruité éclatant qui signale peut être une zone à blanc... Voir!

Les villages de ce secteur Sud sont soit un peu trop élevés, soit orientés vers le Nord-Est pour être au niveau des premiers crus. Ils bénéficient en revanche d'un terroir de grande qualité chargé d'oxyde de fer et sont positionnés sur des zones marneuses et fort caillouteuses. Le meilleur est sans doute le Vaumurien qui regarde le Sud. C'est un vaste climat aux expositions diverses qui est incliné selon des pentes envers/endroits Nord-Est ou Sud-Est. Il peut livrer des vins profonds et intenses. Autour de lui au Sud Chanlins Haut est une vraie terre calcaire à blanc plantée en pinot qui donne des vins gourmands, et au Nord La Vache, Mareau, Trois Follot et Chiveau - celui produit par le domaine Buisson-Charles - sont des zones plus tardives, les vins y ont plus de race mais un fruité plus mat et une approche austère qui colle bien à l'image que véhicule le village. Mention au petit Clos Beauder plus précoce et un peu plus fin. Lambot est un endroit frais et élevé qui s'approche du caractère "Haute Côte de Beaune".

 

Les villages situés à l'Ouest du village sur une zone marquée par les colluvions issus de la Grande Combe est plus argileuse et les terres y sont plus collantes, moins drainantes et sans doute idéales pour les productions de pinots charpentés surtout dans la partie Sud. Dans ce secteur Rue au Port, Croix Planet et Les Cras livrent des vins qui n'ont pas les caractéristiques des vins anguleux et rêches que les amateurs ont en tête lorsque l'on évoque la commune. Ils livrent des vins un peu terriens certes mais toujours bouquetés et engageants qui ont une puissance contenue étonnante à ce niveau d'appellation.

Au Sud les vins sont plus souples et immédiatement accessibles en raison d'un substrat limoneux plus maigre et de bans marno-calcaires. Ainsi Perrières, Croix-Blanche, Tavannes et Riottes peuvent atteindre des intensités aromatiques envoûtantes sur une élégance un peu incongrue pour l'appellation. Il faut les rechercher, surtout le formidable Croix Blanche. Le Château de Pommard est cadastré dans le climat " Le Village " et certains de ses quartiers comme le bord Nord-Ouest peuvent atteindre le niveau des meilleurs villages de pied de coteau de la commune en ressemblant à Croix Blanche.

 

 

Comprendre le vignoble de Pommard

Partager cet article

Repost0

commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>