meursault les cras 1°cru

Meursault Premier Cru Les Cras

Publié le par domaine.buisson.charles.over-blog.com

Meursault Cras   

 

Petite vigne de milieu de coteau qui représente 20 ares plantés en 1955 donnent une petite récolte de 1200 bouteilles annuelles en moyenne. La zone très solaire est chaque année la plus rapidement mûre et il faut être vigilant dans les dates de récolte pour éviter la sur maturité. Nous trions de ce fait tous les raisins en décalage de maturité, flétris, verts ou botrytisés pour obtenir une meilleure unité et un fruité pur. Les vins sont pressurés "pneumatiquement" puis élevés durant 17 mois en fûts de la forêt de Tronçais. Nous utilisons des bois récents dont 25 à 30 % sont neufs mais avec une volonté de ne pas imprégner le vin de notes boisées. De ce fait nous choisissons des chauffes moyennes et rinçons nos fûts neufs à l'eau chaude avant d'entonner les moûts pour en évacuer la fine croûte de torréfaction qui peut s'y être installée.

Caractéristiques techniques:

  •   Densité de plantation: 11.000 pieds par hectare
  •   Vigne plantée en 1955
  •   Culture organique
  •   Taille: 1/3 en cordon de Royat et 2/3 en Guyot simple
  •   Double ébourgeonnage de printemps
  •   Labour intégral des sols
  •   Rendements : 30 à 50 hl par hectare
  •   Vendanges manuelles avec tri des raisins sur table dans la parcelle
  •   Pressurage pneumatique
  •   Débourbage statique
  •   Vinification et Elevage en fûts  avec 20% de bois neufs
  •   Mise en bouteille sans collage et sans filtration
  • Elevage de 17 mois

Caractéristiques du 1er Cru Meursault Cras

   Dans le courant du dix neuvième siècle des tombes carolingiennes sont mises à jour dans ce secteur Nord de la commune. Serions nous au cœur d’un lieu sacré? En tous cas ces sépultures semblent attester que le culte religieux que les populations du haut moyen âge entretenaient était rendu en cette contrée et assurément il y règne  t encore un climat emprunt de solennité et de recueillement. 

 Rien d’étonnant alors à ce que nous soyons  non loin de la voie romaine ancienne reliant Beaune à Autun où tant de générations se succédèrent à pied où selon des attelages divers. Il n’est d’ailleurs pas exclu que cette via romane  ait été bordée de cénotaphes avant que les carolingiens ne décident d’y enterrer leurs morts. 

   Ce lieu a par la suite été planté de vignes, sans doute dès le haut moyen âge puis selon une organisation monastique gérée par Citeaux qui possédait en ce village plusieurs « clous » et des bâtiments d’exploitation . 

  Son substrat clair, crayeux est peut être à l’origine de son nom. Mais ce terme récurent en Bourgogne dans les vignobles peut aussi provenir des corbeaux qui par période colonisent ici les lieux en croassant selon des « craaa, craaa » sonores et à dire vrai bien peu élégants. Mais la réalité des observations est elle toujours emprunte d’une « joliesse » utile à la commercialisation des crus?...que nenni! 

  Petit cru mesurant 3,54 ha,  Cras est un vignoble mixte "à la mode murisaltienne". Pour d’obscures raisons il n’a pas été intégré aux Santenots au moment des classements des premiers crus dans les années 1940/1950. Pourtant, des parcelles de valeurs agrologiques contestables pour des premiers crus, les Santenots « du dessous » en particulier obtinrent cet accessit. 

 

  Ainsi ils subsistent sous leur nom mais comptent en leur sein un monopole qui occupe près d'1/5 de sa surface : Le Clos Richemont du domaine Darnat. Les Cras peuvent être blancs ou rouges comme le climat voisin de Meursault-Caillerets et ils s'expriment avec bonheur dans les deux couleurs.

 Le terroir est placé assez haut sur le coteau et surplombe en fait les Petures. Il est composé de terres de natures variables selon les situations. La bande du haut dispose de sols bruns/blonds, caillouteux, assez pentus de nature argilo-calcaire et de maturité précoce. Elles donnent des vins fins, bouquetés et discrètement fruités qui se livrent assez facilement en jeunesse. La partie du Clos Richemont dans la partie nord supérieure est plus argileuse et ses sols plus sombres étaient autrefois plantés avec des pinots. Les blancs sont aujourd'hui très vineux et souples et possèdent une nature originale qui les rapproche un peu du Montrachet de Puligny. 

 

Vient ensuite une bande haute où sont localisées entre autres  les propriétés Brunet, Chouet (exploitées par Christophe Pauchard de Cirey les Nolay), Voillot, cette bande se termine par le Clos Richemont et une vigne classée en Bourgogne des Hospices de Beaune. Ce secteur est largement dominé par le chardonnay et génère souvent des vins précoces et vineux qui possèdent un caractère puissant aux arômes centrés sur les fleurs blanches et les fruits frais. 

 

Enfin les parties basses du climat occupées par deux propriétaires seulement montre des terres plus blanches en raison du passage d’une veine d'oolithe. Cet endroit est plus spécifiquement dévolu aux blancs car très solaires et de caractères minéraux, ils ressemblent un peu aux Blanchots de Chablis ou à la partie haute exposée sud du Corton-Charlemagne

 

 Cette zone basse est située dans le prolongement des terres remaniées des Hospices- qui jouxte les Santenots du dessus (Petures) et que se partagent les domaines Jean Latour et fils (en rouge) et Buisson-Charles (en blanc). Le blanc est d’une rare puissance et ne doit jamais être récolté trop mûr sous peine de confiner à la lourdeur et au manque d’expressivité. Le rouge est délicat et très fin.

 

Patrick Essa - Domaine Buisson-Charles

 

 

 

Commentaires de Dégustations


Allen Meadows de Burghound.com

Meursault-Charmes 2010: A ripe and wonderfully pure nose of white orchard fruit, lemon peel and herbal hints merges into seductive yet quite finely detailed middle weight flavors that are shaped by a firm acid spine and the explosive and hugely long yet harmonious finish. I really like the texture here as there is a Zen-like quality to it. Highly recommended as Charmes rarely delivers this kind of finesse. Score 93

Meursault-Charmes 2009: A ripe and wonderfully pure nose of white orchard fruit, lemon peel and herbal hints merges into seductive yet quite finely detailed middle weight flavors that are shaped by a firm acid spine and the explosive and hugely long yet harmonious finish. I really like the texture here as there is a Zen-like quality to it. Highly recommended as Charmes rarely delivers this kind of finesse. Score 94

Meursault-Charmes 2008: A densely fruited nose of lemon rind, sandalwood and white peach gives way to precise, intense and beautifully delineated middle weight flavors that display real verve and drive on the balanced and mildly austere finish that is also notably dry. I particularly like the amount of dry extract, which should allow the '08 Charmes to age effortlessly. Score 92

Meursault-Charmes 2007: As it usually is at this address, the Charmes is noticeably more complex if not necessarily more elegant than the Les Cras with a layered, ripe and pure nose of orchard fruit and citrus blossom that complements the round and relatively opulent medium-bodied flavors that do not lose focus or precision on the sappy and mouth coating finish that displays admirably fine length. Lovely stuff and I like the hint of backend minerality.Score 91

Meursault-Charmes 2006: A completely different aromatic profile is present with white flower, citrus and a soupçon of orange peel that merges into again very ripe but not exotic fruit-driven flavors that offer excellent richness and verve on the beautifully intense and pure finish. This is blessed with ample dry extract and I particularly like the mouth feel. Score 92

Meursault-Charmes 1999: I had a chance to taste a slightly older example and have included the note here for reference. There was more than a trace of reduction initially though it began to dissipate immediately with air; still, I would strongly suggest decanting this for 20 to 30 minutes first. Once the nose opened up, it revealed still youthfully fresh and vibrant aromas of ripe peach, mango and spice notes that complement the racy, precise and long flavors that deliver first rate power and seriously impressive length. This is built to age and while it will likely reach its apogee in 2 to 3 years, it should remain there for at least a decade. Score 91

Meursault-Charmes 1985: A wonderfully complex nose that remains very fresh if no longer youthful combining hints of honey, spice and sous bois with rich, full and sweet flavors that still retain excellent focus and a terrifically long finish. This is a really impressive effort and while almost impossible to find, it is worth a search. Score 93

Meursault-Charmes 1982: An expressive nose redolent of sous bois, earth, spice and hints of honey and citrus combine with racy, precise and mineral-infused flavors that still retain good vibrancy and plenty of finishing punch. This doesn't have the sheer complexity of the fantastic 1985 but this is holding in beautifully well even if it is completely ready to drink.Score 90

Partager cet article