Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles.

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Le Millésime 2018 au domaine Buisson-Charles 

   La saison a démarré par une période assez douce et très pluvieuse au mois de Janvier, celle-ci  a permis aux nappes phréatiques locales de se remplir d’eau et nous verrons plus tard que cela a eu un réel impact sur les rendements et le caractère des vins de l’année.
  Février et Mars redevenus plus froid et dans la norme des valeurs normales saisonnières sont restés toutefois pluvieux par intermittence mais la vigne est restée en phase de dormance et n’a pas vu ses bourgeons éclore à Meursault avant le 10/04 dans les endroits les plus précoces. Toutefois du 13 au 24 Avril le temps s’est mis au beau et la pousse des feuilles s’est accélérée soudainement. A tel point que le changement de lune et le retour du froid à la fin Avril ont bien failli faire geler une partie de la récolte. Il n’en fût rien fort heureusement même si la nuit du 28 il a été relevé -2 degrés au sol dans les secteurs les plus froids.
   A partir de ce moment là, la Côte d’Or a connu jusqu’en juin une belle saison ensoleillée qui nous a permis de réaliser nos traitements organiques sans le moindre problème en repoussant la pression mildiou qui était pourtant forte. L’oïdium fut également aisément jugulé avec des traitements à base de soufre uniquement. (Voir la photo du calendrier de traitements.)
   Dès lors la fleur est parfaitement passée sans coulure autour du 23 Mai en même temps que les cerises mûrissaient, ce qui est toujours un très bons signe. A partir de ce moment nous savions que les inflorescences qui n’avaient pas du tout avorté nous apporteraient potentiellement des raisins en assez grande abondance. Seul le temps  sec pouvait contenir ces promesses de récolte. C’est à ce moment la que les nappes phréatiques gorgées d’eau ont eu leur incidence sur l’année en permettant à la plante de bien nourrir ses fruits sans favoriser ses feuilles - ce qu’il se passera en 2019 - et en autorisant un mûrissement régulier tout au long de la saison.
   Toutefois le temps sec et très chaud a marqué notablement les coteaux de mi-juillet à fin Août avec un pic de chaleur intense vers le 15/08. Heureusement il avait plu 30 mm au début de ce mois et cela a sans doute permis au secteur d’avoir des fruits aussi équilibrés qu’abondants. Ainsi nous avons pu récolter sur la base de rendements confortables pour le domaine:  53 hl/ha en blanc en moyenne et 48 hl/ha en rouge avec des secteurs moins productifs - les tres vieilles vignes de Meursault - et plus généreux - les Aligoté à 67 hl/ha avec 7 grappes par pieds! - pourtant nous avions ébourgeonné comme à l’accoutumée. 
  Les rendements assez élevés et la chaleur intense nous ont conduit à vendanger en étalant notre récolte sur deux semaines du 1er au 14 Septembre. Les degrés se sont montrés notablement idéaux car compris entre 12 degrés naturels et 13.6 degrés naturels. Aucun vin n’a été chaptalisé et/ou acidifiés. (Voir photos des  analyses). Nos pH vins finis sont tous inférieurs ou égaux à 3.26 et les acidités tartriques et totales sont elles aussi d’excellentes tenues. Seules les valeurs lactiques et maliques  étaient assez basses mais elles ne sont pas recherchées spécialement  par le domaine car elles participent moins à la tenue du vin dans le temps. 
   Les vins blancs n’ont pas été collés et ont subi une légère filtration au filtre lenticulaire à 7 microns  pour faire baisser la turbidité en dessous de 1.5 NTU. Les rouges - pour la première fois - n’ont été ni collés, ni filtrés mais ont tous une turbidité inférieure à 10NTU. Tous les vins ont été soutirés en Septembre et Janvier et ont donc été élevés sur une durée des 17 mois. 12 mois en fûts et 5 mois en cuve. 
Ils ont été mis en bouteilles du 27 Janvier au 30 Janvier 2020. 
  Les bouchons utilisés sont des lièges naturels de qualité « fleur extra » avec un bout miroir - parfaitement lisse - et le millésime sur la partie marquée par quelques lenticelles. Ils portent tous le nom de la cuvée produite et ont été orientés à la main pour être certain qu’il n’y ait pas de goût de bouchon...ou du moins minimiser au maximum ceux-ci.
   Une petite nouveauté encore, l’indication du nombre de bouteilles produites pour chaque cuvée. 

Patrick Essa - domaine Buisson-Charles.

Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles.
Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles. Retour sur le millésime 2018 après les mises en bouteilles.

Publié dans Les millésimes

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Millésime 2019 juste après les vendanges

Publié le par Site internet officiel du Domaine Buisson-Charles

Le Millésime 2019 juste après les vendanges Le Millésime 2019 juste après les vendanges

Récolte 2019 au domaine Buisson-Charles à Meursault: bilan et perspectives 

  La saison 2019 ne fut ni plus longue ni plus compliquée que les autres. Elle s’est étalée de la fin de Septembre 2018 à la moitié de ce mois en 2019, soit sur environ 350 jours. 

  On s’interroge parfois sur les caractères culturaux dont usent les exploitations: sont elles en mode conventionnel, raisonné, biologique? On oublie très - trop! - souvent et sans doute à dessein que ce qui détermine ce caractère n’a trait qu’aux simples moyens de traiter la vigne et de l’amender. Tout le reste des interventions sur la plante est rigoureusement le même quoi que puisse en dire certains faiseurs de belles histoires, très éloignés d’une vérité objective.

   Ainsi l’histoire vraie  que je vais vous conter est celle d’un domaine qui par choix a décidé  de rendre compte de son travail en toute transparence  sans prendre ses clients pour des naïfs mais au contraire en les informant avec forces détails, photos et analyses pour qu’ils puissent juger « véritablement » par eux même.

   Depuis la fin du mois de Mars 2019 rien ne vous a été caché sur nos choix assumés - ne pas faire brûler de paille, ne pas installer de bougies par exemple - et sur les différentes étapes de la saison végétatives entre travail de mains et traitement biologique à base de soufre et de cuivre. Ce récit long, détaillé, minutieux vous pourrez le lire en remontant le fil de cette page FB. Nous n’avons pas cherché à vous montrer le beau et le clinquant non! On vous relate des faits qui nous conduisent de plus en plus à prendre nos distances avec les pratiques de notre région qui nous paraissent peu adaptées au changement climatique.

   Nous ne sommes pas des jardiniers essayant de produire de nombreuses feuilles en cherchant un aspect visuel idéal et gracieux, tout au contraire nous voulons replacer la plante au service du fruit qui est le seul élément avec lequel nous faisons du vin. Une plante que nous souhaitons fine, aérée, vivante, au service de ses fruits et surtout capable d’étirer la période d’après floraison au maximum pour que la complexité des climats soit entièrement captée par les raisins de la liane pérenne car parvenus à complète maturité. Bref, les contre-vérités  qui consistent à imaginer que le degré seul signale le moment de la récolte supprime bien plus sûrement qu’une obédience culturale donnée la possibilité de générer de grands vins. 
   
   La Côte des blancs ne produira pas beaucoup de vins car le chardonnay a eu du mal à « passer fleur » au début de Juin et car les chaleurs ont généré des raisins de petite taille. Pas vraiment millerandés comme on peut le lire parfois mais plutôt des grappes bien formées avec des baies très petites et aérées.

   Nous avons produit environ 27 à 30 hl/ha dans nos vignes de chardonnay  âgées de 10 à 90 ans, il devait être possible d’aller un peu au delà mais certainement pas aux limites permises. En rouge nous ferons environ 37 hl/ha ce qui n’est pas si mal. Dans les deux cas les vins seront potentiellement incroyables. Au total nous baissons de 50% par rapport à 2018. Mais la nature est ainsi, il faut l’accepter. 
   Nos achats ont été compliqué et nombre d’entre eux - pourtant conclus avant vendanges - ont avorté car bien peu avaient à vendre une fois la récolte faites et tout le monde se sert en premier. C’est de bonne guerre. Nous produirons toutefois des Corton blancs et rouges, trois premiers crus à Volnay, un peu de Puligny premier cru et une dizaine de pièce de Chablis premiers et Grands crus sans oublier quelques gouttes de Chapelle Chambertin. On s’en sort donc plutôt bien! Et il n’est pas dit qu’un immense premier cru de Pommard ne rejoigne la gamme rouge. Je vous en reparlerai. 
    
 2019 sera grand Millésime ou ne sera pas ai-je dit tout au long de ces miscellanées...il sera grand, désormais c’est certain!

Le Millésime 2019 juste après les vendanges
Le Millésime 2019 juste après les vendanges
Le Millésime 2019 juste après les vendanges

Publié dans Les millésimes

Partager cet article

Repost0

commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>